close
Musée Cernuschi, le Japon au fil des saisons, Ru Xiaofan, Koike Shoko (2)

Musée Cernuschi, le Japon au fil des saisons, Ru Xiaofan, Koike Shoko (2)

musée-cernuschi-paris

Les collections Cernuschi

Elle s’enrichit aussi d’oeuvres d’artistes chinois  et japonais contemporains. Ces pièces sont intégrées dans quasiment chaque salle. C’est surprenant parfois de se faire pièger, à  les imaginer de ces époques Tang ou Sui, tant elles sont bien à leur place. 

Ru Xiao Fan au musée Cernuschi

J’ai particulièrement aimé le Buste de femme  de Ru Xiao Fan : Ode de la jeunesse.

 Ru-Xiao-Fan

J’ai un peu fouillé afin de faire plus connaissance avec cet artiste qui a quitté la Chine en 1983 pour s’installer en FranceBeaucoup de ses réalisations m’enchantent. J’aime cette alliance entre le végétal et l’humain, qui m’évoque en première lecture, l’union indéfectible entre la nature et nous.

Les fleurs sont souvent associées à l’histoire, voire à nos révolutions : « les guerres fleuries » des Aztèques, la «  campagne des cent fleurs » en 1957 en Chine, lancée par Mao Zedong et plus proche de nous en 2010, la « révolution de jasmin » qui a secoué le monde arabe. Pour les Chinois, les fleurs sont des symboles de longévité, bonheur et fertilité. Mao voulut utiliser et détourner cet héritage avec malignité et fourberie et adopta le slogan « Que cent fleurs s’épanouissent et que naissent cent écoles de la pensée combattante » et il fit interdire la culture des fleurs. Dans les années 1970, le peuple Chinois les réintroduisit lentement dans leurs maisons mais elles furent encore bannies des lieux de travail et publics. Sous cet éclairage, nous comprenons mieux le message de Ru.

L’esquisse est ravissante.

Ru-Xiao-Fan-ode-à-la-jeunesse
Exquisse de Ode de la jeunesse

Je vous invite sur mon Ru Xiao Fan pour découvrir beaucoup de ses œuvres – peintures, sculptures- qui sont à la fois charmantes et interpellantes.

Yuriko Matsuda au Musée Cernuschi

Yuriko est une artiste japonaise. Elle a fait don de cet “Arrosoir ”  aux airs de techniques d’autrefois, en 2012, au musée Cernuschi. Je n’ai pas pu m’empêcher de songer et sourire de notre président qui ne sait pas arroser avec ce type d’instrument.(1) 

   Yuriko-Matsuda-arrosoir

Yuriko nous offre un univers très coloré, très ludique et volontiers sexy. La plupart de ses réalisations sont des représentations du corps humain souvent grandeur nature, décorés de fleurs, caractères chinois. Elle détourne aussi des légumes pour les transformer en théière..Une bonne fée ?

Je suis moins sensible à ces œuvres qui m’évoquent un tantinet Niki de Saint Phalle..Les couleurs ? Je ne sais.

Yuriko-Matsuda-pieds-au-musée-cernuschiYuriko-Matsuda-Musée-CernuschiYuriko-Matsuda-au-Musée-CernuschiYuriko Matsuda au Musée Cernuschi

Shoko Koike au Musée Cernuschi

Céramiste japonaise, très prisée, elle est née à Pékin. Elle s’inspire de la nature et tout particulièrement l’eau, la mer. Elle créé des sculptures originales qui tournent et ondulent joliment.

 Shoko-Koike forme-blanche

Je vous présente quelques sculptures de Shoko. 

Shoko-Koike-forme-blanche -u-musée-cernuschi
Koike Shoko, Japan
Shoko-Koike-au-musée-cernuschi
Shoko Koike Shell
Shoko-Koike-au-musée-cernuschi
Shoko Koike- forme blanche
Shoko-Koike-au-musée-cernuschi
Shell Form Lidded Vessel by Koike Shoko

J’adore le musée Cernuschi

(1) Petit journal juste les premières minutes

                 

PLK

PLK

Apprentie-sage, à la fois frivole et mystique, lègère et spirituelle , gourmande et orthorexique, férue de nutrition, en recherche de sagesse

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.