close
Les amoureux qui se bécotent et Paris

Les amoureux qui se bécotent et Paris

amoureux-boubat-paris1975

Un baiser est aussi un moment d’éternité ? Embrasser reste un mystère ; nous en avons déjà parlé dans une éloge du baiser. Relisez si le cœur vous en dit ? D’humeur romantique, j’ai envie de photographies  de gens heureux et amoureux, de noir et blanc, de Paris, de look des années 50 aussi.  Ces temps derniers, je m’intéresse aux photographes, je pense même à une nouvelle rubrique sur ce thème. A suivre. Mais pour l’instant, je vous emmène en balade dans Paris.

Le premier cliché est de Robert Doisneau ( 1912-1994) que tout le monde aime. Une photo prise sur le vif.. Revenant du marché, soudain Monsieur a une irrésistible envie de l’embrasser .. Qui a dit que le sac de course n’était ni sexy, ni glamour ?

doisneau-amoureux-aux-poireaux
Doisneau les amoureux au poireau 1950

Willis Ronis (1910-2009) est un photojournaliste humaniste comme Doisneau. Il était très gentil, il voulait gommer la méchanceté du monde. Il se souvenait de tous « ces jours-là ». Ce jour-là dans lequel il nous confie l’histoire de ses clichés les plus célèbres. Partageons la jolie histoire de Riton et Marinette, les Amoureux de la Bastille :

« Je me souviens que j’étais monté tout en haut de la Colonne parce que la lumière était particulièrement belle, une lumière d’hiver, de janvier, très blanche. J’avais été guidé par elle, comme souvent, et c’est là que j’ai fait une de mes plus belles photos, qui a fait le tour du monde. J’aimais monter tout en haut de la colonne, j’y venais souvent, Paris était si beau, vu de ce point. J’étais seul, je faisais une série de photos et je m’apprêtais à rentrer chez moi. C’est là que j’ai vu ce couple, de dos, qui regardait le panorama. Je les ai photographiés juste au moment où le garçon posait un baiser sur le front de sa compagne. Très délicatement. Je pensais que c’était un couple d’étrangers jusqu’au jour où, en 1988, j’ai appris, qu’ils tenaient un café-tabac, de l’autre côté de la colonne, et qu’ils avaient encadré le poster dans leur bistrot ».

Les-amoureux-de-la-Bastille-willy-Ronis
Les amoureux de la Bastille – Willy Ronis- 1957

Même la guerre n’empêche pas les gens de s’aimer. Cette photographie fait partie d’une série d’une vingtaine où Doisneau a fait une saisie du quotidien des Parisiens sous l’occupation. Même dans le pire des contexte – barbelés- l’amour est plus fort que tout pour continuer à vivre – l’allée.

robert-doisneau-couple-embrasse-et barbelés.
Robert Doisneau – Amour et barbelés. Jardin des Tuileries (1944)

Jean-Philippe Charbonnier, photojournaliste méconnu ou du moins oublié, est aussi considéré comme l’œil de Paris, fut aussi un témoin de son temps, la seconde moitié du XXéme siècle.

baiser-jean-philippe-charbonnier-1946
Les Amoureux Paris 1946 Photo: Jean-Philippe Charbonnier

Les amoureux sont toujours seuls au monde.

doisneau-baiser-opera
Le baiser de l’Opéra, 1950
par Robert DOISNEAU

Les amoureux qui se bécotent sur les bancs publics, bancs publics.. La voisine.. Envieuse ? Indifférente ? Censeuse ?

doisneau-pont-neuf-baiser
DOISNEAU Le baiser du Pont Neuf, 1950

Édouard Boubat ( 1923-1999)  est, à l’instar de Ronis, Doisneau ou Sabine Weiss ( 1924-), un photographe humaniste. Jacques Prévert disait « Boubat, un correspondant de paix ».

amoureux-boubat-edouard
Édouard Boubat Paris (1959)

Tout le monde connait Henri Cartier-Bresson ( 1908-2004). Même si le couple posait volontairement pour l’objectif du photographe, l’impression est de saisir un instant volé..

henri-cartier-bresson-le-baiser-quartier-latin
1969 – Le Baiser Quartier Latin – Henri Cartier-Bresson

Très joli cliché.

edouard-boubat-les-amoureux-du-banc-public-jardin-du-luxembourg-paris
Edouard Boubat – Les Amoureux du banc public, jardin du Luxembourg, Paris, 1980.

Peter Turnley (1955-) photojournaliste, est tombé amoureux de Paris qu’il photographie depuis les années 70.

baiser-bord-de-seine-turnleykiss
Baiser sur les bords de Seines, 2011, par Peter Turnley

“Le baiser est la plus sûre façon de se taire en disant tout” Guy de Maupassant.

En Une : Edouard Boubat. Parsi 1975.  Je le trouve très moderne. Notez la religieuse tout en habit !

PLK

PLK

Apprentie-sage, à la fois frivole et mystique, lègère et spirituelle , gourmande et orthorexique, férue de nutrition, en recherche de sagesse

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.