close
Vendredi 13 novembre 2015, vendredi rouge

Vendredi 13 novembre 2015, vendredi rouge

attentats-paris-marianne-qui-pleure

Ce matin, je me réveille groggy, comme la plupart de mes compatriotes. Je me demande si je n’ai pas fait un cauchemar. Hélas, non.

“La France est en état d’urgence ” a dit le Président. Oui, en état de guerre sans champs de bataille. Le scénario noir tant redouté est arrivé. Je suis profondément choquée par les attentats du 13 novembre à Paris.

Effrayant, abominable, effroyable, terrifiant.. Les mots ne suffiront pas à décrire ces atrocités. C’est l’histoire de gens heureux de partager un moment de convivialité, d’amitié au stade de France ou au Bataclan, au restaurant, à une terrasse de café un vendredi soir. Et qui se retrouvent l’espace d’un instant, au centre d’une véritable tragédie et qui perdent la vie. Des kamikazes armés qui tirent avec l’intention de tuer le maximum de personnes, qui les prennent en otage.. Six attaques quasi simultanées ont été menées à six endroits, principalement dans les 10e et 11e arrondissements. J’ai été frappée par les témoignages des rescapés qui précisent tous qu’il n’ont pas compris lors des premiers coups de feu, qu’ils imaginaient que c’était des effets pyrotechniques du spectacle. Qui peut imaginer cette abomination ? Et puis, ils comprennent l’incompréhensible et tentent de se protéger, courent, forcent des portes, grimpent, se terrent dans des loges, s’enfuient par le toit… Ils tentent de se sauver, certains ont rampé entre les sièges pour se mettre à l’abri. Ils racontent que les terroristes ressemblait à « À M. Tout-le-Monde avec une kalachnikov. »

13-novembre-2015-tour-eiffel-paix

Les Parisiens ont réagi avec une grande humanité en partie grâce à #PorteOuverte pour accueillir des personnes qui se retrouvaient dans la rue à risquer leur vie sans pouvoir rentrer chez eux. Qu’ils soient remerciés et loués. Des appels au dons de sang sont relayés. Ces actes de solidarité, de bonté face à la violence nous redonnent confiance en notre humanité et pansent nos plaies. J’adresse ma reconnaissance infinie aux policiers, au RAID et autres unités, aux secouristes, aux médecins qui œuvrent avec courage.

Quelle angoisse à se poser mille et unes questions sur les êtres chers qui pourraient compter parmi les victimes ! Facebook a activé son service safety check, qui a permis aux Parisiens de rassurer leurs proches en indiquant, d’un clic, qu’ils étaient en sécurité. Je suis rassurée pour tous les miens. Je remercie Dieu.  Mais je suis si triste pour toutes ces personnes en attente de nouvelles, tous ces visages que je vois passer dans ma timeline de Twitter parce que quelqu’un n’a pas de nouvelles d’un être cher et qui demande de l’aide.

Attentats-paris-tour-eiffel-amour-vaincra

J’ai aussi une pensée pour les familles des kamikazes qui peut-être surement découvrent une face abominable, ignoble et cachée de leur fils, mari ou frère. Que doivent-ils vivre ? Je leur envoie mes condoléances et ma compassion. J’ai beaucoup de difficultés à pardonner aux auteurs de ces attentas. Je suis prompte à être compréhensive, à comprendre et expliquer que ce que les tueurs et violents commettent est le résultat de ce qu’ils ont vécu dans leur enfance ( lisez c’est l’enfance qui fait le tyran si vous avez du mal à m’entendre), mais à chaud, ce matin, je souffre de ne pas y parvenir.

Les attentats survenus cette nuit, faisant plus de 127 morts, sont les plus meurtriers de l’histoire de France. Saurons-nous réagir à cette barbarie ?

Le monde entier témoigne et nous assure de leur solidarité. Le message de Barack Obama était poignant. Le One World Trade Center, la mairie de San Francisco, la CN Tower de Toronto s’illuminent aux couleurs de la France. Le monde entier est choqué, assommé, saisi d’effroi et comme le Japon, en colère.

13-novembre-2015-monuments-du-monde-couleurs-de-la-france

Comment parler de ces attentats ? En particuliers aux enfants ?

Cette façon de réagir convient aussi aux adultes car nous sommes aussi traumatisés, nous cherchons à comprendre l’incompréhensible. Les psychologues conseillent d’acheter plusieurs magazines ou journaux expliquant les attentats terroristes et de faire une sorte de revue de presse avec l’enfant. Ceci fait, prendre 3 feuilles : une où on listera avec lui, les Faits, une autre, les Opinions, et sur  la dernière  les Sentiments. Cette étape permet de dédramatiser la situation et de comprendre que les réactions peuvent être différentes selon les personnes mais que cela ne change rien aux faits. Selon l’âge de l’enfant, il est nécessaire de répondre à ses questions : pourquoi des attentats ? A quoi servent-ils ? Quels sont les objectifs et les motivations des terroristes ? Pourquoi les attentats étaient possibles ? La grande question est : Saurons/pouvons-nous répondre ? Il faut rassurer l’enfant, se rassurer, car notre grande angoisse est : ” Et si cela arrivait à ma famille, qu’est ce qui m’arriverait ” ? Ne nions pas notre inquiétude car depuis janvier, le plan Vigipirate était à son niveau maximum en Ile-de-France.

Ne pas sombrer dans la psychose, continuer à vivre normalement ? Difficile. Des pensées à tous les gens affectés.

« Liberté et  fraternité»

PLK

PLK

Apprentie-sage, à la fois frivole et mystique, lègère et spirituelle , gourmande et orthorexique, férue de nutrition, en recherche de sagesse

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.