close
Le point sur les édulcorants

Le point sur les édulcorants

La so-chic canette coca cola light

Elle est née de la collaboration pleine de charme avec Chantal Thomass la papesse de la lingerie sexy glamour, disponible à l’occasion de la Saint-Valentin 2014 ; elle sera commercialisée en avril. Habillée de dentelle noire, un ruban en forme de cœur entrelaçant le logo de la marque, cette canette dévoile tout son sex-appeal. Je ne fais pas l’apologie du Coca Cola surtout pas du light.

Si on en croit une recherche américaine parue dans American Journal of Public Health, il ne faut  pas compter perdre du poids avec des boissons light !

Les produits allégés contiennent généralement des édulcorants, ces molécules « vides »,  « non-aliments » donnant un goût sucré sans apporter de sucre. Ils peuvent avoir des effets néfastes sur la santé, comme augmenter la prévalence de diabète.

canette-coca-cola-light-chantal-thomass

Les faux-sucre ne sont pas nos amis

publicité-sodaPourquoi les boissons type soda ou eaux aromatisées sans sucre mais édulcorées ne permettent-elles pas de perdre du poids ?

La raison invoquée par les scientifiques est que les édulcorants à hautes doses dans les sodas allégés, activent les centres de la récompense dans le cerveau ce qui modifie le ressenti au goût sucré et perturbe le contrôle de l’appétit parce que le cerveau ne dispose plus d’informations fiables sur la consommation énergétique. Ce qui peut conduire à une augmentation des apports alimentaires en général : l’inverse du résultat escompté !

Sans danger les édulcorants ? 

Il existe deux familles d’édulcorant de synthèse : les édulcorants de première génération – saccharine, cyclamate, aspartame- et les édulcorants de deuxième génération – sucralose, acésulfame-potassium, neotame, alitameSelon Santé Canada, la FDA américaine et l’Organisation Mondiale de la Santé, les scientifiques  ne disposent pas de preuves probantes qu’ils présenteraient des risques pour la santé, y compris chez les femmes enceintes et les enfants.  Le biais est que ces études d’innocuité sont financées par les industriels eux-mêmes…

Un point sur les édulcorants les plus courants 

♦ Sucralose autorisé comme additif par les autorités sanitaires européennes depuis 2004, sous le sigle E 955 est un édulcorant qui pourrait avoir des conséquences sur la santé. Une revue de littérature approfondie parue dans Journal of Toxicology and Environmental Health liste les différents effets possibles de ce composé, pas si inerte que cela… Commercialisé en France sous la marque Canderel, Splenda, le sucralose est un édulcorant de synthèse issu d’une réaction entre le sucre (sucrose) et le chlore au pouvoir sucrant particulièrement élevé (385 à 650 fois plus élevé que celui du sucre blanc (saccharose). Etant soluble dans l’éthanol, le méthanol et l’eau, il est utilisé dans des aliments à base d’eau ou des boissons alcoolisées.                            

 Il réduit le nombre de bactéries intestinales de la flore commensale, les plus bénéfiques comme les lactobacilles et bifidobactéries mais aussi des bactéries plus nocives telles que les entérobactéries. Le nombre total de ces bactéries ne revient pas à la normale au bout de 3 mois d’arrêt du sucralose.(1)                                                         

 Le sucralose peut avoir des effets mutagènes à des concentrations élevées. Il induit des dommages à l’ADN dans le tube digestif des souris. Le chauffage du sucralose génère des chloropropanols, une classe de composés potentiellement toxiques et cancérigènes. (2) Conclusion ? A éviter

comprimé-aspartam-dans-une-cuillère♣ Aspartame, codé sous le nom E951.-Equal et NutraSweet- résulte d’un mélange d’acide aspartique et de phénylalanine, deux acides aminés. Des études sur les animaux menées par la Ramazzini Foundation of Oncology and Environmental Sciences tendaient à conclure qu’il augmentait le risque de leucémie et de lymphome. Selon Santé Canada, de sérieuses lacunes ont été relevées dans ces études. Selon une étude danoise, (3) les femmes ayant consommé au moins un soda allégé par jour présentaient 38 % de risques supplémentaires d’accouchement prématuré.  Conclusion ? Probablement inoffensif pour la majorité des gens, à faible dose. L’aspartame est interdit en Europe dans l’alimentation des enfants de moins de 3 ans (notamment pour les petits pots).

♠ Néotame est un nouvel additif produit par Monsanto qui comme l’aspartame,  est composé d’acide aspartique et de phénylalanine (4), a un pouvoir sucrant 40 à 60 fois supérieur à lui et 7000 fois plus que le saccharose. Il est autorisé en Europe depuis  2009. Pour l’instant, il n’est pas encore utilisé que dans certaines gommes à mâcher.  Selon Santé Canada et le CSPI, rien, dans les études sur les animaux, ne permet de croire qu’il présenterait des risques. Conclusion ? Solution de rechange possible à l’aspartame.

Faux-sucre-saccharine-sachet• Acésulfame, (E 950) additif souvent jumelé à l’aspartame dans les sodas light et la gomme à mâcher. Sunett est le nom commercial. Santé Canada ne nie pas que la preuve de l’innocuité de l’acésulfame s’appuie sur des données désuètes. Conclusion ? A éviter

♦ Saccharine : Édulcorant de table vendu derrière le comptoir dans les pharmacies sous la dénomination de Hermasetas et Sweet’N Low. Suite à des études sur des rats de laboratoire menées dans les années 1970 montrant qu’elle était carcinogène, la saccharine a été retirée de la liste des additifs au Canada. Conclusion ? Jean-Michel Lecerf, chef du service nutrition de l’Institut Pasteur de Lille conseille de l’ éviter jusqu’à preuve de son innocuité.

♣ Cyclamate (E 952) commercialisé sous la marque Sugar Twin (Sucaryl, Sweet’n Low,  (sachet rose) Les résultats d’études sur les animaux ont montré qu’il provoquait le cancer de la vessie. Conclusion ? A ce jour, les cyclamates sont toujours officiellement interdits aux Etats-Unis depuis octobre 1969. Conclusion ? Édulcorant de table à n’utiliser que sur le conseil d’un médecin

 Le point sur les édulcorants naturels  

stevia édulcorant

De nombreux fabricants souhaiteraient édulcorer leurs sodas au stévia, plante sud-américaine dont le pouvoir édulcorant est beaucoup plus élevé que celui du sucre et qui ne fournit pas de calories. En 2008, la FDA a donné le feu vert au rébaudioside A, extrait du stévia, sur la foi d’études menées par les fabricants et montrant qu’il était généralement considéré comme sûr. Cependant, Michael Jacobson, du CSPI, affirme que la revue des données d’études a révèlé un risque de mutations génétiques. Santé Canada se montre également prudente et n’autorise pas la vente de produits alimentaires édulcorés au stévia. Pour en savoir plus sur le stévia : « Pas de cuisson haute température pour le stévia », une autre chronique.

♦ Le sirop d’agave  : Cet édulcorant naturel fait beaucoup parler de lui, car il a un pouvoir sucrant 1,4 plus élevé que le sucre blanc. En outre, comme il contient une forte proportion de fructose (de 60 % à 90 %), son index glycémique est faible – autour de 20-, ce qui constitue un avantage pour les diabétiques.

Faux-sucre--sirop-d-agaveCe sirop est extrait de la sève présente dans le cœur de l’agave, une plante qui sert aussi à fabriquer la téquila (Agava tequilana). Son goût est plus neutre que celui du miel. Sa couleur varie de doré à brun foncé, selon le degré de purification. Attention, il est presque aussi calorique que le sucre, soit autour de 17 calories par cuillérée à thé contre 20 pour le sucre. En revanche, comme son pouvoir sucrant est plus élevé, on en utilise moins : la suggestion  est de remplacer 100 grammes de sucre par 75 g de sirop d’agave. De surcroit, de par sa haute teneur en fructose, il augmente le taux de triglycérides dans le sang lorsqu’il est consommé en grande quantité. Cette augmentation constitue un facteur de maladie cardiovasculaire et de résistance à l’insuline.

Effet canette de Chantal Thomass et coca-cola

La canette – pourquoi n’aime-je pas ce mot ? – si glamour et sexy de Chantal Thomas, je la verrais bien  aussi en porte- crayon …

Pourquoi les créateurs ne sont-ils pas sollicités pour embellir et sublimer le packaging des produits bio ?

Quant au sucre, par chance, je n’ai plus le bec sucré, je n’ai aucun goût pour le coca ou les sodas en général, bio ou non.

Mentionnons que la plupart des sodas classiques contiennent tout de même, l’équivalent de 17 morceaux de sucre par litre !

Et j’avoue que lors des gardes d’obstétrique, j’ai ajouté des sucrettes, puis de l’aspartame, dans mon café, voire abusé, car j’étais une très grande consommatrice de café devant l’éternel.. Once upon a time..

  1. Qui fait quoi dans notre flore intestinale (2) Susan S. Schiffman, Kristina I. Rother. Sucralose, A Synthetic Organochlorine Sweetener: Overview Of Biological Issues. Journal of Toxicology and Environmental Health, Part B, 2013; 16 (7): 399 DOI: 10.1080/10937404.2013.842523. (3) Intake of artificially sweetened soft drinks and risk of preterm delivery: a prospective cohort study in 59,334 Danish pregnant women Thorhallur I HalldorssonMarin StrømSesilje B Petersen, and Sjurdur F Olsen Sjurdur F Olsen (4) mais il ne se dégrade pas en phénylalanine et n’est donc pas toxique pour les personnes souffrant de phénylcétonurie.
PLK

PLK

Apprentie-sage, à la fois frivole et mystique, lègère et spirituelle , gourmande et orthorexique, férue de nutrition, en recherche de sagesse

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.