close
Et si nous adoptions la Lomo attitude ?

Et si nous adoptions la Lomo attitude ?

lomo-jomo-femme-bain-lit

Vous connaissiez le FOMO, Fear of Missing Out – et bien maintenant, c’est le LOMO qui est tendance. Profitons de cette saison où notre maison nous retient plus pour essayer le LOMO Love of Missing out ou JOMO Joy of Missing out.. Et si on déconnectait, rien que pour la joie de tout louper ?

Qu’est-ce que le LOMO ?

En 2012, l’entrepreneur américain Anil Dash était le premier à utiliser ce terme. Il s’agit de presque tout manquer et ce, sans culpabiliser. Parce que cette connexion à outrance nous fait perdre la réalité. Joli programme qui va au-dela du simple abandon de notre smartphone: elle prône une philosophie du lâcher-prise, de la slow-life. Contrairement au comportement FOMO, le LOMO vous fait vous recentrer sur vous-même. L’autre jour, mon amie MCL disait qu’elle acceptait un dîner si on enchaînait direct après le bureau, et pas à 21h ! Voila une attitude LOMO.

L’homo-sapiens FOMO a plus tendance à l’anxiété liée de la peur de manquer quelque chose, une pression à être uptodate. Nous sommes des êtres sociaux, c’est vrai. Nous nous sentons mécontents de manquer cette fête ou d’être exclus d’une conversation. Et donc nous nous efforçons à être de tout ce qui est proposé. Ce n’est pas parce que votre amie Sandy poste de belles photographies de Santiago que votre vie est minable ! Parce que c’est un peu ça l’effet pervers des réseaux sociaux.. Se penser minable parce que les autres vous montrent une belle face de leur vie. Et bien, le LOMO vous encourage à ne pas vous laisser toucher par l’impression que la vie des autres est parfaite.

En un mot comme en cent, il s’agit de dire « non » à ces projets dont vous n’avez pas envie et de dire « oui » à ceux que vous faites parce que vous en avez vraiment envie, sans tenir compte des apparences ou de l’intégration dans la société.

Comment adopter le LOMO ?

Et bien, il s’agit de s’autoriser à ne pas être de tel ou tel événement et nous convaincre – si nécessaire – que nous ne ratons rien, parce que durant ce temps nous avons lu, fait un balade, diné avec notre famille, jardiné, admiré un coucher de soleil, suivi l’élégante murmuration des étourneaux…ou rien, que rêvé, le regard perdu à l’horizon. Et que ça, aussi c’est notre bonheur. Nous serons également heureux pour nos amis qui font autre chose, sans nous.

J’ai eu des lendemains de sorties, soirées ou autres, où je me demandais ce que m’avaient apporté ces moments, ces diners, ces nuits blanches .. Quelquefois, peu de chose… Certes, lorsque je passe une soirée, je consulte parfois Instagram pour voir ce que fait le monde extérieur. Et ça me fait du bien de penser « Super, mes amis s’amusent, mais j’avais besoin de temps pour moi », d’être confiante d’avoir pris la bonne décision. En disant non à certaines choses, je laisse plus de place pour dire oui aux choses que je veux vraiment faire. Je prend plus de temps pour moi, nous, à faire des choses que j’aime, sans contrainte.

Être LOMO c’est abandonner cette peur de ne pas être à la page socialement et de ne pas vivre les choses « sensationnelles » que vivent les autres.

ILLUSTRATION KANAKO

Qu’est-ce que n’est pas le LOMO ?

Soyons clair, ce n’est pas un encouragement aux moindres efforts, au repli sur soi, au j’menfoutisme des autres, à la paresse, à l’hibernation.. ni une excuse à trainer en jogging en pilou… Non, c’est un recentrage sur soi, et ses valeurs, une autre appréciation du temps. Cela a un parfum de hügge.

Ce n’est pas vivre en Robinson Crusoé sur son ile, sans lien. Parce que les réseaux sociaux peuvent être un lien voulu, choisi, pour partager avec des amis qui sont éloignés. L’astuce est de savoir doser ce qui nous rend heureux.

Quelques pistes pour démarrer le LOMO

  • Arrêter de faire semblant, cela influencera directement votre bien-être psychologique et émotionnel.
  • Lorsque vous voyagez, vous ne prenez pas constamment des photos pour Instagram, vivez l’instant présent.
  • Partagez avec ceux qui sont présents, les autres peuvent attendre une rencontre en live. 
  • Faites une liste de choses qui vous rendent heureux et pratiquez
  • Cultivez la gratitude par exemple en notant chaque matin trois choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant à la vie et chaque soir trois choses dont vous vous félicitez
  • Profitez et aimez de la solitude (ou à deux). 
  • Évitez les comparaisons et vous serez beaucoup plus heureux
  • Profitez des gens qui vous apportent la sérénité. 

DCAMO, autre acronyme issu de la langue de Shakespeare, Don’t care about missing out, me convient mieux. Mais, ne vous méprenez pas, j’ai encore parfois, un léger pincement au cœur quand j’ai l’impression de rater quelque chose d’amusant. Nonobstant, j’ai tendance à être du côté de LOMO ces jours-ci.

Êtes-vous LOMO ou FOMO ?

En une : photographie Yan KRUKOV

Spread the love
     
   more
 
  more
PLK

PLK

Apprentie-sage, à la fois frivole et mystique, lègère et spirituelle , gourmande et orthorexique, férue de nutrition, en recherche de sagesse

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.