close
Les vœux de bonne année

Les vœux de bonne année

vœux-bonne-année

Traditionnellement, les gens de tous pays se souhaitent la bonne année. « Souhaiter la bonne année est un usage général : chacun s’en fait un devoir » affirme un enfant à sa mère dans un recueil de modèles de lettres de 1830 (1). La tradition ancestrale des visites du nouvel an aujourd’hui désuète voulait que durant la première quinzaine de janvier, chacun rende visite à sa famille et proches mais aussi employeur et collègues,  malades et pauvres de son entourage afin d’offrir un moment agréable en ses temps festifs. Aujourd’hui, 44% des Français considèrent que présenter ses vœux de bonne année est une véritable pensum. Il est vrai que certains souvenirs de notre enfance évoquent cette corvée de vœux au lointain cousin que nous ne voyions qu’une fois par an et à qui nous ne savions quoi écrire ou dire ! Cependant, 84% restent fidèles à la tradition. Et, l’exercice peut aussi être très plaisant et surtout en imaginant le plaisir de celui à qui ils sont destinés.  

Pourquoi écrire ses vœux de bonne année ? Pour le plaisir

 Il semble qu’écrire ses vœux,  soit revenu so chic. 48% des Français qui perpétuent la tradition des cartes de vœux envoyées par la poste. Si le mail avec les « cybercartes » reste une solution de facilité moderne, le papier prend le pas, semble-t-il. Certes, les Français envoyaient près de 800 millions de cartes imprimées contre 250 millions aujourd’hui. Cette année, je suis ravie d’envoyer et de recevoir beaucoup plus de vœux livrés à domicile par l’adorable Monsieurmonfacteur. Ces attentions sont touchantes car la lettre manuscrite se fait rare. Ces vœux reçus ne sont pas des vœux « arrachés », convenus ou pire, des vœux type d’entreprise impersonnels. Pas de cartes niaises avec boules de neige ou sapin, ni d’un humour lourd. 

 carte-de-voeux-bonne-année-vintage

Point de formules toutes prêtes à envoyer, ni de textes  collectifs envoyés à tout son répertoire. Pas de contenus lapidaires, point de sempiternelle formule « Meilleurs vœux pour la nouvelle année » qui exprime soit un manque d’imagination patent, soit l’indifférence. Non, je reçois de délicieux articles de papier raffiné, de jolis messages, très bien tournés, qui me vont droit au cœur tellement ils sont personnalisés. De charmants échanges d’état d’esprit, de valeurs partagées, de chaleur, de mélodieuses évocations de souvenirs et de doux moments vécus ensemble, de liens amicaux du passé, de bonnes nouvelles, de gentillesse désintéressée. L’émotion est au rendez-vous. Je me fais une grande joie d’y répondre. 

Bien sûr, je ne vous cache pas que ces vœux resteront peut-être pieux, qu’ils ne changeront rien et seront peut-être inefficaces. Mon merveilleux voisin à qui j’ai souhaité une très bonne santé en 2017, est décédé cet été.. 

On m’objectera aussi qu’il existe d’autres occasions, moins formelles et plus personnelles, pour témoigner de son affection, son amitié, son amour à la personne de notre entourage. 

Et l’obligation de présenter ses vœux de bonne année ?

Est-ce manquer de courtoisie de se soustraire à cette coutume ? Mais, entre nous, combien de fois, le faites-vous à votre corps défendant ? Que dire des messages de quelqu’un qui ne nous est rien ?  J’ai reçu par mail, des vœux de bonne année d’une personne dont je me suis rendue compte que son dernier message datait de ma réponse à ses vœux très impersonnels de 2017…

Est-on obligé de présenter nos bons vœux à tous ? L’essentiel est là, me semble-t-il. Le choix ! L’obligation ! Je déteste l’idée d’être « obligée » d’offrir mes bons vœux à tous ceux que je rencontre, du gardien du parking à la fille de l’accueil que je ne connais même pas – je pourrais prendre la résolution de faire sa connaissance ? -, sous peine de passer pour une bêcheuse ou un mal élevée. Le pire étant ceux-que-vous-n’-avez-presque-jamais-vu qui se jette sur vous pour vous claquer la bise. D’autant quen période d’épidémies de gastro-entérite et de grippe, ce n’est pas du tout hygiénique !

Etant bien éduquée – enfin, je crois, merci maman, merci papa – , je m’impose encore à dire « bonne année » à presque tous –  Qu’est-ce qu’une bonne année, du reste ?  même à R… qui m’insupporte cordialement et qui me le rend bien. La preuve ? ( Que je lui suis plus qu’indifférente !) Savez-vous ce qu’elle a répondu à mes souhaits un peu forcés sans doute ? « Merci ». Elle ne m’a même pas renvoyé l’ascenseur. Je ris de me voir si convenue..

C’est décidé, l’année prochaine, point de vœux de bonne année pour tous ! Quoique je ne veuille de mal à personne, même à ceux qui ne m’aime pas. 

Je vous souhaite de recevoir et de ranger sur votre cheminée des dizaines de cartes illustrées portant des « Bonne année ! », « Happy new year ! », du fond du cœur.

Sources: (1) Les voeux de Nouvel an                              Source de l’animation : Garance Doré

PLK

PLK

Apprentie-sage, à la fois frivole et mystique, lègère et spirituelle , gourmande et orthorexique, férue de nutrition, en recherche de sagesse

Leave a Response