close
La lutte contre le réchauffement climatique sans les Etats-Unis

La lutte contre le réchauffement climatique sans les Etats-Unis

changement-climatique-new-york

Donald Trump avait promis pendant sa campagne de sortir de l’engagement mondial de la COP 21 sur le réchauffement climatique, de décembre 2015, il l’a fait ! Pour une fois qu’un politique fait ce qu’il promet, est-ce le bon choix ? Je suis inquiète de la sortie des USA de l’Accord de Paris. Cependant, je suis agacée par tous ces jugements à l’emporte-pièces, ces cris d’orfraie de gens qui s’offusquent, qui réagissent grossièrement et qui sans trop de doutes, n’ont jamais lu les Accords de Paris. Le retrait américain de l’accord de Paris pourrait, « dans le pire des scénarios », se traduire par une augmentation supplémentaire de 0,3 degré de la température du globe au cours du 21ème siècle », a estimé vendredi l’ONU. Rassurant ?  Légalement toutefois, les États-Unis ne peuvent se retirer formellement qu’après le 4 novembre 2020, selon l’article 28. Je suis très sensible à l’avenir de notre planète. J’ai beaucoup  espéré  de la COP 21 avec Nicolas Hulot.

Osons ! de Nicolas Hulot : Coup de poing avant la COP21

L’accord de la COP21 va-t-il sauver la Planète ?


et fondé des espoirs avec la COP22.

Qu’attendre de la COP22 à Marrakech ?


J’ai regardé avec effroi le film « Before the flood » de Léonardo Di Caprio mais aussi avec espoir car des solutions existent.

« Before the Flood », les solutions

Des comportements simples et individuels peuvent faire beaucoup : être végétarien ou seulement diminuer sa consommation de viande, préférer le poulet qui lui ne représente que 10% des émissions de gaz à effet de serre, se servir de ses pieds pour ses déplacements lorsque c’est possible, pratiquer le tri, stopper les pesticides…Il existe plein de petits comportements qui font beaucoup ! Nous pouvons tous être des  colibris..

Est-ce que tous ces gens qui s’esclaffent en traitant le Président Trump de crétin – pour les plus polis – ont le comportement adéquat pour faire leur part de colibri ? Je ne suis pas pro-Trump mais avant de crier au scandale, j’ai cherché à comprendre ce qu’il en était. J’ai cru comprendre que Trump dénonçait un mauvais accord, pas un mauvais combat. D’ailleurs notre président Macron l’a compris ainsi car il a rétorqué que ces accords n’étaient pas renégociables.

 Que sont les Accords de Paris ?

Cent quatre-vingt-seize pays se sont engagé à ne pas dépasser les 1,5 – 2°C de réchauffement de la planète ainsi qu’à une neutralité carbone dans la deuxième partie du XXIe siècle. Le deuxième pollueur mondial (17,89 % des émissions) que sont les USA s’engageait à réduire de 26 à 28% ses émissions d’ici à 2025 par rapport à 2005.

J’ai noté quelques pommes de discordes et d’incohérences :

  •  Selon les Accords de Paris, les États-Unis doivent d’ici 2040, réduire leur production de charbon de 86%. Mais pendant ce même temps, la Chine est autorisée à construire des mines de charbon.
  • L’Inde est autorisée à doubler sa production de charbon d’ici 2020 ainsi que certains états européens tandis que les États-Unis doivent la réduire. Aujourd’hui qui s’offusquent lorsque l’Allemagne élargit des mines de lignite – un type de charbon –  afin de fermer des centrales nucléaires ? La transition énergétique aurait-elle une face sombre. » (1)
  • La Chine est autorisée à augmenter ses émissions de CO2 pendant 13 ans parce que l’objectif suppose des efforts très importants pour elle, qui tire environ 70% de son électricité du charbon.  La Chine avait prévenu : ses émissions de gaz carbonique continueraient à augmenter d’ici 2030, avant de décroître. En réalité, Pékin semble être en avance sur son propre agenda avec la récente fermeture de 103 mines de charbon qui devraient lui permettre d’atteindre son objectif de pic d’émissions d’ici à 2020.

  • Pour atteindre les objectifs liés aux Accords de Paris, les États-Unis devraient réduire leur production de gaz naturel de 31%, de papier de 12%, de ciment de 23%, de fer et d’acier de 38%. Mais alors, qui les fournira ? Un autre pays qui lui pourra polluer ?
  • Un crainte avancée par Trump est les pertes d’emploi. “Aux États-Unis, les offres d’emploi dans le solaire ont augmenté de 25 % ces dernières années, et celles dans l’éolien de 30 %” selon Chloé Vlassopoulou, experte. Donc, ce secteur peut assurer la relève des emplois dans les énergies fossiles.énergies-renouvelables

Peut-on relativiser la catastrophe de la sortie des USA ?

Les objectifs signés à Paris lors la COP21 ne sont  que des projets ! Alors, voyons les 144 pays qui les ont ratifiés, se mettent à l’oeuvre. D’emblée, les Accords manquaient d’ambition en ne prévoyant ni contrainte, ni sanction si les objectifs ne sont pas atteints.

Une des grandes inconnues de cette décision est l’impact que cela peut avoir sur certains signataires. En effet,  l’Inde, la Malaisie ou les pays du Golfe traînaient déjà des pieds. Quant aux pays émergents avaient signés à condition que les pays développés les soutiennent financièrement. Or, avec le départ des USA, c’est une grande partie du financement qui s’en va aussi.(23% du budget).

 

Le Wall Street Journal hier écrivait : « La réalité est que se retirer [des Accords de Paris] est dans l’intérêt économique de l’Amérique, et cela ne fera pas grand-chose sur le climat. » Les collectivités locales – les maires de New York, Pittsburg, La Nouvelle-Orléans, Boston ..-, les entreprises – General Motors, General Electric, ExxonMobil … -, les grandes métropoles, certains états  vont eux, continuer à agir parce qu’ils sont tous conscients du potentiel des énergies renouvelables et de la nécessité à protéger la Planète. Ils sont tous convaincus de la nécessité d’atteindre une réduction de 26% des émissions de gaz à effet de serre.

hubai-chine-gaz-effet-de-serre
Hubai en Chine plongée sous la pollution @AFP

Les émissions de CO2 proviennent principalement de la Chine :  29 % (10 357 MtCo2), et 10% pour l’Europe et 15 % pour les USA. Pour relativiser cette sortie, les émissions avaient fortement diminués aux États-Unis et en Europe depuis les années 1990, tandis qu’en Chine, la progression s’était au contraire affolée. La Chine souhaite réduire de 60 à 65% son « intensité carbone » – émissions de CO2 rapportées à la croissance – en 2030 par rapport à 2005 et ça, c’est génial.

Il faut aussi noter que les accords de Paris ne prennent pas en compte le transport aérien qui lui, ne cesse d’augmenter.

Certains scientifiques avancent que même si les Accords de paris sont respectés, ce sera insuffisant. Évidemment, ce n’est pas une bonne nouvelle, mais il reste à chaque citoyen de faire son travail de colibri, à petite échelle ou à très grande échelle lorsqu’on est industriel, entrepreneurs. Ce sera par la prise de conscience de notre impact que l’action sera efficace et que les décisions sages seront adoptées.

Je ne dis pas adieu à l’objectif de 2°C ! J’ai confiance.. et les élections américaines auront lieu en 2020, juste l’année de mise en application des Accords de Paris…

(1) http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/une-allemagne-sans-charbon-en-2040-c-est-mal-parti-pour-l-instant-605933.html

PLK

PLK

Apprentie-sage, à la fois frivole et mystique, lègère et spirituelle , gourmande et orthorexique, férue de nutrition, en recherche de sagesse

1 Comment

  1. Ah le climat ! Grosse propagande et enfumage planétaire : https://www.contrepoints.org/2017/06/05/291257-climat-lexemple-americain-inspirer

    Le retrait de Trump est une bonne chose, ainsi la Chine grand pollueur devant l’Eternel, va pouvoir apparaître comme le 1er de la classe en ratifiant cette déclaration d’intentions qui ne comporte aucun engagement juridique effectif.

    Mais le nec plus ultra c’est que le développement des éoliennes et des panneaux photovoltaïques, bref presque tout le matériel est importé, principalement, d’Allemagne, du Danemark, et maintenant de Chine.

    Après la couche d’ozone « trouée », le CO2 provoqué par l’activité humaine est la plus grosse arnaque du siècle.

    Je m’excuse hein !

Leave a Response