close
Trois hugs par jour éloignent le médecin

Trois hugs par jour éloignent le médecin

2015-02-26PetitBonheur1478Views
trois hugs par jour

Je ne suis pas du tout football. Mais, je n’ai pû manquer la photographie du câlin de Beckham et Ibrahimović sur toutes les couvertures de magazine, m’inspirant ces quelques réflexions.

david-beckham-ibrahimovic-hug

Un hug pour stopper la mauvaise humeur

J’ai une amie et collègue, grincheuse.. genre « jamais -contente », elle bougonne après tout, elle maugrée pour rien… dès le matin. Cela me fait sourire, le plus souvent, rassurée que décidemment rien ne change – la constance sécurise- ou je file vers d’autres cieux plus cléments et serein. Un début de journée où elle grinchait déjà, j’eus l’idée de lui offrir un hug ! Un chaleureux hug, presque étouffant ! Je fus emportée par un élan irrésistible. Elle acquiesça, médusée, stoppant net sa diatribe désenchantée et nous rîmes de très bon cœur après cette étreinte. Depuis, lorsque je l’entends râler, je lui fais cadeau d’un cordial hug. Cette accolade très confortable, très enveloppante, fraternelle, douce et sincère nous procure du bonheur à toutes les deux.

coussin-cœur-avec-des-brasCommunication non verbale, cette accolade trouve son origine chez les Chevaliers : pour recevoir la collée lors de l’adoubement, le prince qui armait le nouveau chevalier, l’embrassait en signe d’amitié, et lui donnait sur l’épaule un petit coup du plat d’une épée. Aujourd’hui, il consiste à se prendre franchement dans les bras.

« Trois hugs par jour tiennent le médecin au loin » disent les Américains

Churchill lui disait que c’était la pomme… Si peu que l’on vise bien !

Le contact physique est source de bien –être grâce à la sécrétion d’ocytocine qu’il déclenche. L’ocytocine est l’hormone antistress, hormone du bonheur. Cette hormone est tellement bienfaisante : l’ocytocine rend plus sociable, confiant, calme, moins agressif, elle apaise la douleur, ralentit le rythme cardiaque. Elle facilite l’amour, elle rend plus héroïque, plus généreux, favorise l’empathie.(1) Elle rendrait même les hommes plus fidèles (2).

L’ocytocine stimule les contractions utérines pour faciliter l’accouchement (c’est cette hormone qui est injectée aux gestantes pour déclencher le travail ou l’accélérer) et après la naissance permet l’installation d’un lien fort entre la mère et l’enfant. Elle est aussi transmise au bébé lors de l’allaitement.

J’avais été fort enthousiasmée durant mes études, par l’expérience « peau à peau » menée  à l’hôpital Antoine Béclère de Clamart, par la pédiatre Michèle Vial à l’origine de la première unité Kangourou française, au mois de mai 1987. Dès 1975, le Dr Rey Martinez avait constaté que les bébés de moins de 2 kilogrammes avaient plus besoin de chaleur humaine et de contact dont ils étaient privés par leur naissance trop précoce. C’est en 1979, qu’à Bogota, deux pédiatres colombiens, Edgar Rey Sanabria et Hector Martinez Gomez s’inspirent des marsupiaux pour remplacer les couveuses qui manquaient cruellement. Les résultats sont fabuleux : Accroissement des survies de 30% à 70% parmi les nouveau-nés pesant 1000 g à 1500 g.(3)

Revenons à notre besoin d’être « touché », d’être pris dans les bras.

Le contact physique est indispensable à notre croissance, à notre épanouissement, à notre intelligence émotionnelle.

Dans les années 2000, des opérations « free hugs » ou « câlin gratuit » sont menées dans la rue où des personnes portant une pancarte, vous proposent une belle accolade. Cela en dit long sur l’état de notre société qui ne sait plus combler ce besoin spontanément et sur les manques de chaleur humaine.

Je ne suis pas très bisou.. avec les personnes que je ne connais pas ou peu. Je n’embrasse pas à la cantonade, toutes les collègues qui  ne sont que des partenaires de travail respectées, certes. Je ne serre pas facilement la main, je souhaite un bon jour avec des mots. J’adore souhaiter le bonjour comme les Thaïlandais, sawadee kha en  joignant leurs mains au niveau du cœur en inclinant le buste pour effectuer un waï. Très certainement que je dois cela à mes dieux archaïques qui eux-mêmes, le devaient aux leurs. Cependant, je prends facilement le bras ou l’épaule de celui/celle avec qui je suis en bonne relation, la proximité ne m’effraie pas. 

wai-thailande

Comme 43% de Français interrogés(4), je dirais surement non à un Hug d’une personne que je ne connais pas. Cependant, ils sont 7% totalement prêts à recevoir un câlin de la part d’un étranger et 39% à être ouverts à cette offre d’affection désintéressée mais avec des restrictions: 20% d’hommes ne veulent être enlacés que par une femme et 13% que par une personne attractive. Oui, je suis aussi de celles-ci … Il existe des personnes extrêmement chaleureuses, qui dégagent une telle humanité. Cela m’évoque les Mère indiennes. Les mahatmas –grandes âmes- qui déplacent des milliers de personnes dans l’espoir de recevoir son étreinte, le fameux darshan.(4)  Je n’ai rien vécu de tel, je suis très tentée par l’expérience.(5) 

Les femmes sont 17% à dire qu’elles se prêteraient au jeu si elles sont de bonne humeur, même si la majorité d’entre elles ne souhaite en aucun cas se faire enlacer par un étranger dans la rue (55% contre 29% d’hommes)

lets-hug-dessinJe ne me prive pas de hugs avec mon entourage et je vous encourage à faire de même.. Le hug, en plus d’être agréable, est bon pour la santé.

Une précaution : Demandez la permission car les personnes qui ont été « mal léchées » comme les disait Françoise Dolto, sont caparaçonnées et ont dressé un mur entre elle et les autres. Votre chaleur les insécuriserait et risquerait de déclencher un violent rejet. Les enfants accueillis dans les foyers, carencés en contact, refuse avec rage, les élans de tendresse qui leur sont offerts par les soignants non avertis.

Osons le hug, mais ne l’imposons pas. La personne, prévenue, aura le temps de mettre en place un écran pour ne pas se laisser envahir par le plaisir et la chaleur. Et petit à petit, elle se laissera atteindre, pour son plus grand bien.

Sources et pour en savoir beaucoup +: (1) ocytocine: hormone du sacrifice (2) ocytocine, hormone de l’amour(3) EVALUATION DE L’UNITE MERE-ENFANT DU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE D’ANGERS mémoire de Lucie  Vatelot  (4) sondage de mingle Trend (5) Le cinéaste Jan Kounen a consacré un film au darshan d’Amma : Darshan, l’étreinte, sélection officielle hors compétition au festival de Cannes 2005. (6) A Tréveray , dans la Meuse, Mère Meera a établi une salle de darshan

PLK

PLK

Apprentie-sage, à la fois frivole et mystique, lègère et spirituelle , gourmande et orthorexique, férue de nutrition, en recherche de sagesse

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.