close
Tentez le Niksen ou l’art de ne rien faire

Tentez le Niksen ou l’art de ne rien faire

alice_lapin_blanc-nisken

Après le Hygge du Danemark, du Wabi-Sabi, à l’Ikigai du Japon, voici le Niksen importé des Pays-Bas. Nous sommes tous adeptes de la slow life et en recherche de la vivre. Le concept du cocooning, de plaid douillet, de grosses chaussettes, de canapé douillet de feu de cheminée ne vous a pas convaincu ? Vous allez peut-être adorer le niksen.

Illustration ROXY

Qu’est-ce que le Niksen ?

Ce mot veut tout simplement dire : rien. Est-ce à dire qu’il n’y a rien à faire pour pratiquer le niksen ? Que ce serait comme lorsque nous paressons, bullons, fainéantons ? Et bien oui, il y a de cela ! Vous me direz que ce concept n’est pas nouveau, que sans doute, vous le pratiquez à la manière de Monsieur Jourdain, sans l’avoir nommé justement. Certes ! Mais il a le mérite d’être posé, défini et de permettre de pratiquer sans culpabilité, ni remords. Parce qu’avouer que l’on ne fait rien, cela gêne. Voyez comme nous encourageons nos enfants à s’occuper – voire se suroccuper- alors qu’il est reconnu que ne rien faire est aussi bon pour le mental.

Le niksen permet de reprendre possession de son temps, d’accorder au cerveau un moment de pause. Observez notre quotidien : nous mangeons devant un dossier de travail ou en lisant le journal, nous téléphonons en écrivant un mail plus ou moins urgent, nous nous maquillons en conduisant.. Bref, nos agendas sont surchargés, nous sommes polytâches, nous faisons tout pour rentabiliser notre temps, ce précieux temps qui nous manque si souvent.

Comment pratiquer ?

Si vous pratiquez la méditation ou la pleine conscience, ce concept vous est connu. Vous savez mettre votre cerveau en pause et vous rentabilisez les instants où il ne se passe pas grand chose pour faire un arrêt-sur-image. Lorsque vous attendez à la caisse d’un magasin, au feu rouge, dans les embouteillages.. vous savez ne rien faire, juste respirer et juste ressentir.

Avec le niksen, point d’objectif, ni culpabilité

Le niksen vous demande de ne rien faire d’utile, de ne pas se mettre la rate au court-bouillon avec un objectif de réussite, quel qu’il soit ! Beaucoup savent faire cela : regarder les vagues, les gens qui passent.. Le souci est que nous jugeons ces instants comme de l’ennui ou pire, nous nous sentons coupables ! Songez donc, avec tout ce que nous avons ou pourrions faire au lieu de rêvasser ! Mais attention, le niksen n’est pas l’ennui car dans ce cas, vous préfériez être ailleurs. En fait, c’est juste être entre ennui et action.

Illustration Kanako

Comment avoir la niksen attitude ?

Ne rien faire semble facile.. à première vue. Nous ne sommes pas habitués à ne rien faire. Petite, j’étais une adepte de la rêverie.. à suivre une abeille, à me laisser distraire par un avion dans le ciel, à regarder les flammes, les vagues… Pratiquais-je le niksen avant l’heure ? Comme beaucoup à qui il était reproché de «rêvasser», de paresser et encouragés plus ou moins sévèrement de se secouer ! Je vois que cela vous parle.

 «Osez rester oisif»

Laissez son esprit divaguer, sans attache, un vrai lâcher-prise, débrancher notre ciboulot seulement quinze minutes, et les bienfaits abondent. Pour ceux qui ont des difficultés à rester les mains inactives, l’effet sera également obtenu avec le tricot, le coloriage, faire un puzzle, une séance de bronzette dans sa chilienne, écouter de la musique et même la marche.

illustration Kanako – Little Paris

Quel est le bon moment pour commencer

Je dirais lorsque vous ressentez le besoin, que votre cerveau est en surchauffe, si vous vous entez fatigué, ou que vous le sentez en pilotage automatique.

« Niskener» se vit en solitaire, au calme et surtout en acceptant de ne pas être productif, les pensées passent comme des nuages poussés par le vent. Il faut éviter de faire trop durer cette séance au risque d’avoir une propension à « ruminer». C’est la science qui le dit.

Quelques minutes par çi par là, peut aussi est un bon plan.

fille-d-été

Quels sont ses bienfaits ?

Non, le niksen n’est pas une excuse pour paresseux ! Eve Ekman directrice de formation au Greater Good Sciences Center de l’Université de Californie, Berkeley nous encourage à pratiquer pour réduire le stress de nos vies lancées à 400 à l’heure. Elle avance aussi que cela diminue le processus de vieillissement, renforce les défenses immunitaires. De plus, le cerveau même en roues libres, continue de fonctionner. Selon Ruut Veenhoven, sociologue et professeur à la Erasmus University de Rotterdam, le Niksen est défini comme un exhausteur naturel de créativité.

Tout à gagner avec ce rien-faire. Joyeux Niksen.

Sources : Greater good magazine En savoir + chez Ithaque coaching : les vertus insoupçonnées de la rêverie et encore plus.

PLK

PLK

Apprentie-sage, à la fois frivole et mystique, lègère et spirituelle , gourmande et orthorexique, férue de nutrition, en recherche de sagesse

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.