close
J’ai testé Boco à Paris : c’est bon, bio et étoilé !

J’ai testé Boco à Paris : c’est bon, bio et étoilé !

boco-restaurant-mesadressesbio

Boco, ce n’est pas vraiment un restaurant ! En effet, ici, point de service, point d’assiettes ! On mange dans des bocaux et on se sert.

Ambassadeur du défi pour la Terre de Nicolas Hulot, Marc Veyrat, célèbre cuisinier au chapeau, ne jurant que par le bio, a créé un concept de fast-good-bio en ouvrant Cozna Vera en décembre 2008 à Annecy-le-Vieux, sur les bords du Lac. (Cozna vera est le résultat de l’association de mots italo-savoyard mêlant les termes cuisine et vrai). Le chef savoyard multi-étoilé envisageait d’exporter Cozna Vera, à Bruxelles et à Paris au palais Brognard. Adieu veaux, vaches, cochons.. Le 31 août 2010, il ferme le Cozna Vera. 

                      cozna vera marc veyrat

Boco, la génèse

Les frères Ferniot (Simon l’homme d’affaires en compléments alimentaires et Vincent, le chroniqueur gourmand, « star de la télé terroir » dixit boco.fr – approchèrent Veyrat pour élargir son concept en associant d’autres grands chefs. Marc Veyrat pas toujours commode, rejette leur idée et leur collaboration avant même qu’elle ne naisse. Alors bravement, ils lancèrent seuls Boco Opéra en mai 2011, puis Boco Bercy et très vite le Boco St Lazare, rue du Rocher.

                 boco -paris-mesadressesbio

                                          boco-paris

Les deux frères ne cachent pas s’être inspirés de Veyrat : un bistrot genre self-service, des recettes imaginées par de grands chefs étoilés à déguster dans un bocal, 100% bio, plutôt simple, service au comptoir avec une déco un peu travaillée.

Cela fait quelques temps déja que je songeais y faire escale, car la conception est séduisante et en adéquation avec  mes idées. L’endroit étant plutôt destiné à un repas de midi plutôt rapide qu’à un rendez-vous galant ou un diner gastronomique entre amis, il fallait l’occasion. C’est maintenant chose faite, ayant trouvé l’opportunité idéale.

                 boco équipe

Boco, huit chefs à votre service

Huit chefs, parmi lesquels quelques uns classés trois étoiles au guide Michelin, ont créé des bocaux originaux : Vincent Ferniot, Anne-Sophie Pic, Emmanuel Renaut, Gilles Goujon, Jean-Michel Lorain, Régis Marcon, Philippe Conticini, Christophe Michalak et Frédéric Bau.

Que des valeurs sûres. J’ai un joli penchant pour Jean –Michel Lorain et sa belle maison La Côte St Jacques à Joigny, son spa extraordinaireescale merveilleuse dans un monde de luxe et de raffinement. J’ai la souvenance d’un soin-modelage du visage KO BI DO, d’un bain Ofuro et d’un modelage Zazen du tonnerre de Zeus. Je digresse. Revenons à nos bocaux.

Boco, l’expérience

Entrons rue Danielle Casanova. L’accueil est charmant. Un personnel très avenant vous engage à prendre un  plateau et à faire votre choix. Toujours aux petits soins pour donner une explication ou un conseil. Ici, tout ce qui ne se mange pas – vaisselle, consommable –  est écolo, durable ou recyclable.

Pas d’OGM | Pas d’engrais chimique | Pas d’insecticide, ni de pesticide synthétique | Pas de boue d’épandage | Pas d’irradiation | Rotation des cultures | Bien-être des animaux d’élevage | Pas d’hormones, ni d’antibiotiques | Les produits transformés contiennent au moins 95% d’éléments biologiques.

Lorsque votre panier est garni des « bocos » de votre choix, vous réglez la note et de charmantes personnes se chargent du réchauffage. Pas de panique ! Avec les bocaux rien de plus simple : four traditionnel, micro-ondes, bain-marie, à vous de choisir. Un pager skycall est remis, qui clignotera lorsque vos bocos seront prêts. Eh ! Oui, le client de Boco participe ! Il faut aller chercher son plateau garni. Je vous l’ai dit, c’est une cantine bio, où de grands chefs officient certes.  Pas de  couverts en argent, ni de nappes. 

bocoJe me suis laissé séduire par les liguines noires au blanc de seiche de Gilles Goujon, un excellent saumon rôti forestière à la chataigne et champignon de JM Lorain et des petits chèvres andalous à l’huile d’olive fort agréables. Mes convives ont apprécié leur poulet à la ferme au riz pilaf de Ferniot et le saumon de Lorain. Nous n’avons pas pris de dessert – j’avais prévu une autre escale – , juste un thé sencha Lov’organic.

Boco, mon avis

 Faut -il y aller ? Assurément oui. Le concept, la qualité des produits et de cuisine sont de grande qualité. La décoration est acceptable, mais pas de quoi s’extasier non plus. J’aurais apprécié un peu plus de “cosytude”.. Une nappe ? Des chaises plus confortables ? 

Avec qui ? Sur place, à emporter, tout seul, à deux, à plusieurs, peu importe ! Mais pas un gros mangeur, ni un(e) ado affamé(e) ! Les portions sont petites.

Y retourner ? Si je dois manger un repas sur le pouce, je penserais à Boco !   

BOCO, les adresses

 45, Cour-Saint-Émilion – Paris 12ème  Tél : 01 46 28 96 60

 3, rue Danielle Casanova – Paris 1er Tél : 01 42 61 17 67

 5 bis, rue du Rocher – Paris 8ème  Tél : 01 45 22 68 42

Site : www.boco.fr

 

Addenda : Marc Veyrat se lance dans la livraison de repas pour le déjeuner, bio, sains et servis dans des bocaux chauds, « pour le prix d’un ticket resto»sur Paris dans un premier temps, par camionnettes MesBocaux.fr

PLK

PLK

Apprentie-sage, à la fois frivole et mystique, lègère et spirituelle , gourmande et orthorexique, férue de nutrition, en recherche de sagesse

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.