close
Un arbre pour sépulture

Un arbre pour sépulture

La Toussaint est souvent confondue avec la fête des Morts. Pourtant, elle est le lendemain, le 2 novembre, depuis le XI ème siècle. Saint Odilon, évêque de Cluny  voulant garder son caractère à la Toussaint, imposa à tous les monastères de fêter les défunts le 2 novembre. Pierre Damien raconte  qu’apprendre que l’on entendait souvent sortir de l’Etna les hurlements des démons et les voix plaintives d’âmes défuntes demandant à être arrachées de leurs mains par des aumônes et des prières,  motiva sa décision qui fut ensuite approuvée par l’Eglise entière. (1)

Saint-Odilon

L’Eglise a institué la commémoration des fidèles défunts, afin d’accorder des prières à ceux qui n’en bénéficiaient point. Ce jour est triste pour les uns, joyeux pour ceux qui croient.

En tout cas, la mort se rappelle à notre bon souvenir, avec en corollaire, le choix de notre dernière demeure.

Avez-vous choisi votre sépulture ?

Comme 44% des Français* et 100% des Bouddhistes, je choisis la crémation. Retourner à la terre ne me tente pas, être dégustée par les vers et autres insectes m’effraie. Séjourner pour l’éternité dans un colombarium m’embarrasse ..

colombarium

Me retrouver en compagnie d’inconnus qui ne m’ont pas été présentés, me dérange. J’aimerais trôner sur une cheminée, être en villégiature chez chacun de mes petits-enfants, arrières-petits-enfants.. Un mois chez l’un, un mois chez l’autre.. Garde alternée, en somme ! Mais l’idée n’a pas déjà pas l’air de charmer ceux qui n’en auront pas la charge (ce que je comprends fort bien) et  de plus, depuis décembre 2008, la législation n’autorise plus la conservation  d’une urne cinéraire au domicile d’un particulier.

L’idée d’être immergée ou dispersée en Méditerranée me semble belle. Je penche pour les îles de Porquerolles.. au soleil que j’aurais tant aimé (2), Trop de fraîcheur dans la presqu’ île de Quiberon. 215 à 245 euros pour la balade, c’est cheap, en regard d’une concession à vie. Le point qui me chiffonne, est que les Vivants n’aient pas d’endroit de recueillement précis. Mourir, d’accord – je n’ai pas le choix – mais être oubliée, non, please.

jardin-mémoire
Jardin mémoire

Alors, je découvre la séduisante “green Death ” comme l’appellent les Anglo-saxons.  Un choix écolo ! En France, ” Les Arbres de mémoire ” propose une communion entre les restes du défunt et la nature (3). L’investissement est plus important ( entre 1100 et 3900 euros ). Les cendres du disparu sont transférées dans une urne biodégradable disposée dans les racines d’un arbre choisi parmi 12 essences, dans un parc.

L’idée d’être inhumée au pied d’un arbre qui pourra devenir un « arbre de famille » auprès duquel se recueillir, me comble. Ce transfert affectif vers un arbre me plait, j’aime tellement les arbres (4).

Mon idéal serait de se reposer au pied d’un arbre de la propriété familiale, ce qui est interdit en France.  j’hésite : Un chêne ?  Un ginkgo biloba ? L’arbre aux quarante- écus est tentant ..  Un saule pleureur ? Non, c’est trop triste ..urne-funéraire-bio-arbres

Une autre solution très verte : Devenir un arbre ! L’urne biodégradable contient déjà une graine  (5) qui va germer, se développer.. grandir .. Est -ce se réincarner en arbre ?

* sondage Credoc octobre 2009

Photographie : Odilon – colombarium du Père La-chaise où reposent 25000 défunts – Porquerolles- Jardin-mémoire de Auray (56)

Sources: Gallica –  Jacques de Voragine (1) saint Odilon (2) AFIF (3) les jardins- mémoires (4) “Les arbres témoins de notre histoire” chronique du 9 avril 2011 (5) urne bios

PLK

PLK

Apprentie-sage, à la fois frivole et mystique, lègère et spirituelle , gourmande et orthorexique, férue de nutrition, en recherche de sagesse

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.