close
Le concerto pour piano N°17 de W.A. Mozart

Le concerto pour piano N°17 de W.A. Mozart

2015-10-01PassionClassiquePetitBonheur1247Views2Comments
mozart-barbara- ployer

Aujourd’hui, avec ces rumeurs de guerre qui s’intensifient, ce concerto pour piano N°17, un peu moins connu, de W.A. Mozart apportera un supplément d’âme et ravira nos oreilles. Tout en délicatesse, en harmonie..

Mozart-concerto 17

Ce morceau était dédié à Barbara Ployer, une de ses élèves vraisemblablement virtuose, et qui probablement le donna en concert, pour la première fois.

Qui est cette Barbara ? Elle est née le 2 Septembre 1765 – elle mourut en 1811-  est la nièce d’un collecteur d’impôts de Vienne, Gottfried von Ployer Ignaz, chez qui elle s’installa après la mort de sa mère, en 1781. Elle y rencontra Mozart et devint son élève. En était-il amoureux? Nul ne sait ! Il lui écrivit deux concertos pour piano en 1784, N ° 14 KV. 449 et N ° 17 , KV. 453, alors qu’il demeurait chez elle.

Ces pièces sont de la plus haute qualité, et les parties de piano suggèrent que Barbara était techniquement et musicalement très accomplie.

Mozart inscrit le Concerto en sol majeur N°17 KV 453 dans son catalogue personnel à la date du 12 avril 1784, mais le mentionne déjà dans une lettre écrite le 10 du même mois. Cette œuvre, la seconde qu’il compose pour elle, le fut en vue d’un concert privé donné dans la maison de campagne de cette influente  famille, à Döbling, au cours duquel il tiendra également la partie de clavier dans le Quintette KV 452 avec hautbois, clarinette, cor et basson et donnera la réplique à la jeune femme dans la Sonate en ré majeur KV 448 ainsi qu’en atteste une lettre datée des 9 et 12 juin 1784, adressée à son père.(1)

Mozart n’aimait pas donner des leçons de piano.  « Je laisse cela aux personnes qui ne peuvent pas faire autre chose que jouer du piano. Je suis un compositeur», écrivait-il dans une lettre à sa mère(Février 7, 1778). Mais, il fallait bien faire bouilir la marmite..

Selon un manuscrit déchiffré  en octobre 2011, par le pianiste et musicologue Robert Levin, le sublime Concerto pour piano n ° 23 aurait été aussi, composé pour son élève préférée, Barbara Ployer, en 1786 .(2) Il aurait trouvé sur une partition une coda qui lui suggère cette hypothèse.               

Le seul portrait de Barbara Ployer est une petite ébauche de Mozart himself, découverte dans la marge d’un autre manuscrit, avec une coiffure élaborée, un nez crochu et un menton pointu. (3) Observez ci-dessus.

L’andante nous offre un affriolant dialogue entre la flûte, le hautbois et le basson. J’affectionne tout particulièrement l’allegretto d’une légereté et d’une gaité insouciante. 

Prenez plaisir à écouter cette merveille, avec Maria Joao Pires au clavier.

                                                    
Sources: (1)  passée des arts-  (2) Robert Lévin  (3)  Embellished Mozart manuscript uncovered Le Guardian sept 2011-
PLK

PLK

Apprentie-sage, à la fois frivole et mystique, lègère et spirituelle , gourmande et orthorexique, férue de nutrition, en recherche de sagesse

2 Comments

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.