close
La tempête vue par Andréas Achenbach et les autres

La tempête vue par Andréas Achenbach et les autres

2020-12-30ArtMonet2225Views
tempete-andréas- achenbach

 La métaphysique du naufrage est celle du salut de l’âme. Les extravagances de la mer sont source d’inspiration pour les peintres. Grâce à cette balade au musée sur ce thème, j’ai découvert les marines d’ Andréas Achenbach. Des merveilles !

hokusai-la-grande-vague
Hokusai, La Grande Vague de Kanagawa, 1831, série des Trente-six vues du mont Fuji.

Si on me dit «Tempête», je songe à la Vague de Hokusaï où les vagues stylisées montrent leur puissance mais n’engendrent point la crainte.

Avant Turner, les peintres ne rendaient pas vraiment l’émotion de la démesure de la mer car leurs techniques étaient très académiques.

La tempête avant Turner

Au Moyen-âge

Gentile da Fabriano a peint Saint-Nicolas sauvant un bateau pris dans la tempête. Saint-Nicolas est aussi le saint-Patron des marins. C’est l’une des plus anciennes œuvres marquantes de l’art maritime.

Légende de Saint-Nicolas : Pinacothèque du Vatican

L’art maritime hollandais en Europe XVIIé

Le naufrage devient l’élément fondateur de l’art maritime hollandais.

Dans le même temps, l’école de Gênes se prend de passion pour cet art maritime.

Louis XIV appela Van Plattenberg (1) (1608-1660) à Versailles au titre de «peintre du Roi pour les mers», puis Borzone (1625-1679), le père de l’école génoise, pour le remplacer dans les années 1660. Colbert étant chargé par le roi de développer la Marine Nationale, il lui fallait des artistes pour représenter ses hauts-faits. De nos jours, Van Plattenberg est complètement oublié, mais il était un maitre en la matière.


Matthieu de Plattemontagne (Matthys Van Plattenberg) Marine

Les Anglais ne disposaient pas non plus de traditions picturales maritimes et ils furent eux aussi, obligés de faire appel à des artistes étrangers.

L’époque romantique

L’art maritime européen est richement représenté à l’époque romantique. La France eut Delacroix, Géricault, Isabey , Le Poittevin ..

Turner peint en 1805 un naufrage. Il reviendra fréquemment sur les dimensions dramatiques de l’océan. Le naufrage est le premier tableau où l’observateur peut/doit décoder ses propres émotions face à la tourmente.

Le naufrage – Joseph Mallord William Turner 1805 

Ivan Konstantinovich Aivazovsky, peintre  romantique russo-arménien fut formé à l’école européenne mais il admirait surtout les tableaux de Claude Gellée, dit « le Lorrain». Il sera le peintre officiel de l’état-major de la Marine russe. Son tableau le plus connu est sans conteste La neuvième vague réalisé en 1850 (2). Je vous propose d’admirer The story sea dont les couleurs pâles et translucides à la fois, m’impressionnent.

Stormy Sea
Ivan Konstantinovich Aivazovsky Ship on high seas 
Grosse mer à Etretat de Monet 1868

Mon coup de coeur : Andréas Achenbach

Andreas Achenbach (1815-1910) est un peintre paysagiste allemand de la période romantique. Son thème favori était principalement la mer. J’aime beaucoup la netteté de ses tableaux qui fait très moderne. Ses ciels sont fabuleux et m’évoquent Eugène Boudin, le roi des ciels.

Segelboote im Sturm 1895
Segelschiffe in stürmischer See
Havarie am alten Pier , 1861

Bon vent !

(1) plus connu sous le nom de Mathieu de Plattemontagne, aussi appelé Mathieu Montaigne ou Montagne, (2) : Souvent appelé « la plus belle peinture russe » ce tableau dépeint six survivants et leur attitude avant la neuvième vague, celui jugé le plus terrifiant par la tradition nautique : le danger imminent.

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
PLK

PLK

Apprentie-sage, à la fois frivole et mystique, lègère et spirituelle , gourmande et orthorexique, férue de nutrition, en recherche de sagesse

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.