close
Sunset, une série d’Andy Warhol

Sunset, une série d’Andy Warhol

andy-warhol-sunsets

Trente ans après sa mort, Andy Warhol reste l’un des personnages les plus influents de l’art et de la culture contemporains. Warhol a inventé l’expression « 15 minutes of fame » (15 minute de gloire), qui se rapporte à l’état passager de la célébrité. La série Sunset d’Andy Warhol est considérée comme l’un de des projets les plus expressifs qu’il a produits au cours de sa vie. Il répondait à une commande faite par Johnson & Burgee, architectes célèbres, pour être installée dans les chambres de l’Hôtel Marquette rénové à Minneapolis, dans le Minnesota. Une fois les tirages retirés de l’hôtel, ils ont été signés, numérotés et estampillés.

« Un artiste est une personne qui crée des choses dont les gens n’ont pas besoin mais, pour une raison quelconque, il pense que ce serait une bonne idée de leur apporter. » Andy Warhol

Sunset  d’Andy Warhol

J’aime beaucoup les sérigraphies.. Marylin, John Lennon.. Ses portraits.. Jackie en particuliers

jackie-kennedy-andy-warhol
Andy Warhol – Jackie Kennedy 1964
jackie-kennedy-andy-warhol-trois-portraits
Andy Warhol, Jackie Triptych, 1964

J’adore Sunset d’Andy Warhol produite en 1972 sur du papier tissé lisse. Elle est un exemple extrême du concept de sérialisation des couleurs. Il s’est inspiré de couchers de soleil à East Hampton, à San Francisco et à New York dont il a tiré plusieurs bobines pour un film Sunset. L’impression sur écran a été produite à partir de 472 variations de couleurs uniques avec l’utilisation de seulement trois écrans : l’un pour appliquer les bandes de fond de couleur, une pour le soleil lui-même et une avec un motif de point de couleur unique. Les couleurs changent, la striation des couleurs du coucher du soleil aussi.. C’est magnifique. Warhol a réussi à faire ressortir le soleil même au milieu d’une pièce contenant des couleurs similaires. La série du coucher du soleil est considérée comme l’un des projets les plus expressifs de Warhol qu’il ait produits au cours de sa vie. L’édition totale est de 632 impressions uniques. Ce qui est vraiment bluffant, c’est que chacune des 632 « Sunset » soit unique dans sa combinaison de couleurs !

Les couleurs sont somptueuses. Cela me fait songer à Rothko et ses superbes couleurs.

Andy Warhol, une figure du Pop art

Marilyn Monroe. Elizabeth Taylor. Et, bien sûr, la soupe de Campbell … Tout le monde connait ! Le plus jeune d’une fratrie de trois garçons, Andy est né Andrew Warhola le 6 août 1928 dans le quartier ouvrier d’Oakland, à Pittsburgh, en Pennsylvanie. Il est frappé à un âge précoce par un trouble neurologique rare la chorée de Sydenham, une maladie infectieuse à streptocoques bêta-hémolytique du groupe A, couramment appelée « danse de Saint-Guy » en 1937, qui le cloue au lit. Un cousin donne à la famille un Kodak Brownie Box Camera, appareil avec lequel il prendra de nombreuses photographies qu’il développe lui-même dans un laboratoire improvisé au sous-sol de la maison. Le jeune Andy prend patience et s’échappe avec des magazines de célébrités dont il collectionne les photos dédicacées, lit des Comics.

Andy a expérimenté l’invention de personnage pendant ses années d’études collégiales. Il a signé des cartes de vœux « André » pour finalement abandonner le « a » de son nom de famille, peu de temps après son déménagement à New York et après son diplôme en design pictural de Carnegie Institute of Technology de Pittsburgh (maintenant Carnegie Mellon University) en 1949. C’est au cours de ses études qu’il adopte la technique du dessin tamponné et il a eu le 1 er prix. Durant les années 50, il travaille selon deux techniques particulières  : La ligne floue et les tampons-pochoirs.

Andy Warhol, miroir de son époque

Les images d’Andy Warhol incarne le rêve américain. Warhol est un « trendsetter », un faiseur de tendances.  Il aura trois thèmes de prédilections : les objets de consommations, les stars, et la mort.

En 1949, il commence à travailler comme dessinateur publicitaire pour le magazine Glamour. En 1955, Warhol fut le seul illustrateur pour les campagnes publicitaires de I.Miller, un fabricant de chaussures new-yorkais. Chaque semaine, Warhol a dû créer des dessins pour des publicités dans The New York Times.  Chaque croquis est accompagné d’une légendes conçue par l’écrivain Ralph Pomeroy et écrite par sa mère Julia Warhola. Une shoeaddict comme moi, ne peut pas manquer ce sujet.

andy-warhol-shoes-
The autobiography of Alice B. Shoe –

En 1959, Warhol acquiert un hôtel particulier de trois étages au 1342 Lexington Avenue, où il installe son atelier et emménage avec sa mère, qui vit avec lui à New York depuis 1952. Il est resté très proche de sa mère toute sa vie. Début des années 60, Andy Warhol s’investit dans la sérigraphie. Il fait des emballages Campbell et des bouteilles de Coca-Cola le cœur de ses toiles, une critique de la société de consommation américaine ?

« Tout est plus glamour quand vous le faites sur votre lit. Même peler des pommes de terre. »

En 1962, il  revisite les photos de stars, un de ses thèmes de prédilections. A partir de photographies en noir et blanc qu’il les colorie, il les reproduit en sérigraphie telle l’incontournable série de Marilyn Monroe à partir d’une photo de plateau tirée de Niagara,  ses autoportraits, Elizabeth Taylor, Elvis Presley, Marlon Brando, les Beatles, Nixon…La Joconde. Warhol devient le roi du Pop art et règne sur le milieu underground new-yorkais.

Doté d’un sérieux sens des affaires, il emménage dans un atelier la « « Silver Factory », qui deviendra un centre de vie culturelle et branché de NY, un lieu où toute le gratin de la  jetset new-yorkaise se devait d’être.. Andy Warhol disait que tout Anonyme qui rentre dans sa Factory en ressort « superstar » !

silverfactory-party
Silver Factory, une fabrique d’artistes

Il embauche une pléthore d’assistant qui « reproduisent ». Ce qui fera crier certains à la supercherie en demandant si Andy Warhol est un vrai artiste ou un producteur de masse.

Dans les années 70, ce fut les séries Mao,  Mick Jagger, Cassius Clay.. Il s’essaya au cinéma en réalisant 70 (très) longs métrages, – Sleep qui dure plus de cinq heures où l’on ne voit que le poète John Giorno qui dort,  Empire dont l’idée  consiste à filmer l’Empire State Building sous la lumière déclinante du soleil couchant, jusqu’au noir complet, Eat où Robert Indiana mange un champignon pendant 45 minutes ou Kiss, 15 couples s’embrassant sous toutes les coutures…. Oui, il faut du temps et du courage pour visionner ces films ! (1)

Il s’intéressa aussi au monde de la musique, il a même produit en 1965 le groupe de rock The Velvet Underground.

Pourquoi la mort fut-elle un de ses thèmes ? On sait qu’Andy Warhol avait une peur panique de la mort. Surement que le décès de son père lorsqu’il était très jeune, 14 ans, l’a choqué.  Il réalise des séries mettant en scène des faits divers ou de société dramatiques qui font la une des journaux : crash d’avion, accidents de voiture, émeutes racistes, empoisonnement alimentaire ou champignon nucléaire, ennemis publics recherchés par le FBI, assassinat du président Kennedy en 1963, etc. 

JFK-warhol
Andy Warhol, Sixteen Jackies, 1964 © DR.

Des armes, des crânes et des squelettes se retrouvent également dans de nombreuses compositions. En 1963, le motif de la chaise électrique fait son apparition dans ses réalisations !  Il a réuni les sérigraphies de Marylin et Liz Taylor sous le même titre « Death in America ».

Des séries ? Pourquoi ?

Nous connaissons déjà cela avec les Impressionnistes. Monet a poussé loin ce concept avec ses 28 plans de La Cathédrale de Rouen. Henri Matisse aussi avec sa série de six tableaux Composition avec plans de couleur. Mais pour Andy, ce n’est pas le même but.

 Pour la série « Campbell », nous pourrions y voir le rangement en gondole comme dans un supermarché. Et si on observe bien, le nom des soupes est chaque fois différent : minestrone, chicken, cream of asparagus…  32 sortes de soupes ! Pour la petite histoire, il parait que Andy en consommait tous les jours…

« Quand on y songe, les grands magasins sont un peu comme les musées. » A.W.

La série pour lui est une sorte de parabole du monde industriel. Elle symbolise la chaîne mécanique de la production de masse, elle insiste sur l’accumulation et la surproduction d’objets et d’images.

Aimez-vous la série Sunsets ? Andy Warhol ?

PLK

PLK

Apprentie-sage, à la fois frivole et mystique, lègère et spirituelle , gourmande et orthorexique, férue de nutrition, en recherche de sagesse

Leave a Response