close
Quand les footballeurs inspirent les peintres

Quand les footballeurs inspirent les peintres

Le football est-il l’opium du peuple ? ( tiens, une idée de sujet de philo pour le bac tout proche ?).  Une version moderne du « panem et circenses » romain ?  Critiqué, aimé, adoré, détesté,  vécu, regardé, supporté, haï.. . En tout cas, il déplace et réunit des millions de personnes, les fait rêver et fédère des peuples.  Je n’aime pas ce sport qui ne me fait pas du tout vibrer. Je crois que si je rencontrai Lionel Messi dans la rue, je ne le reconnaîtrai pas … Je me demande d’ailleurs d’où je connais ce nom ! Chacun ses goûts. Cependant, je n’en suis pas à attendre avec impatience que la France se fasse éliminer.. Quoique ? Alors que débute la Coupe du Monde 2018, en Russie, j’ai envie de me mettre à l’unisson bien que je ne sois pas du tout de cette planète foot, en admirant quelques œuvres d’art sur les footballeurs.

Les joueurs de footballs du Douanier Rousseau

Mon préféré..  s’il en faut un ! Je le vois bien dans une chambre d’enfant.  J’aime beaucoup ce tableau, très anglais. Les costumes/pyjamas sont adorables. En tout cas, si les joueurs de l’équipe de France adoptaient ce look, moustache cirée et cheveux lustrés, cela ferait un buzz bien rigolo! Je n’y connais rien en foot mais je me pose quelques questions : pourquoi jouent-ils le ballon à la main ?  A quoi joue le joueur de gauche ? Cherche-t-il à boxer ?  Pourquoi n’y a-t-il que deux joueurs dans chaque équipe ?

rousseau-footballer
Joueurs de football de 1908

La toile, haute d’un mètre et large de 80 centimètres, est au musée Guggenheim de New York.

Le peintre français André Lhote  et « les footballeurs »  1918

Le Bordelais André Lhote (1885-1962) est un représentant du mouvement cubiste.

andre-lhote-les-footballeurs
André Lhote, Joueurs de football, 1918 46 X 45 Collection privée

 Aleksandr Deineka et son « gardien de but »

Aleksandr Deineka 1899-1969) est un peintre soviétique, l’un des plus importants peintres figuratifs de l’URSS (de la Russie de la première moitié du XXe siècle) et surtout connu pour ses mosaïques qui ornent la station de métro Maïakovskaïa. Le communisme soviétique a fait la part belle à la propagande par le sport. Il fut un militant en faveur de la révolution, s’engagea dans l’armée rouge et exerça son talent pour la propagande avec une oeuvre glorifiant le corps dans un contexte socialiste. En 1918, Deïneka travaillait en tant que photographe dans la police criminelle, décorait les trains de propagande et a participé à la défense de Koursk contre les Blancs. Et, à ce titre, de « chantre du totalitarisme soviétique », nous comprenons qu’ il passa aux oubliettes. Pourquoi le sortir du placard ? Aleksandr Deineka avait du talent, que ses œuvres sont agréable à l’œil. A partir de 1932, La Mère marque le début d’une nouvelle période créatives. En 1935, le peintre se rend aux Etats-Unis, en France et en Italie. Aleksandr Deïneka a peint de nombreux nus, tant masculins que féminins.

alexander-deineka-goalkeeper-1934
Alexander Deineka – Goalkeeper, 1934

Le format horizontal très allongé renforce  le vol de gardien de but. Les coloris sont très doux..

Nicolas de Stael et ses « Le Parc des Princes : les footballeurs »

Je suis une fan des toiles du baron Nikolaï Vladimirovitch Staël von Holstein plus connu sous le nom de Nicolas de Stael.. Sa courte carrière d’une quinzaine d’années fut très mouvementée et en constante évolution.Pris en tenaille entre les tenants de l’abstraction et ceux de la figuration, Nicolas de Staël se tue en se jetant par la fenêtre de son atelier le 14 Mars 1955.  Je ne connaissais pas cette série Les footballeurs. C’est à mon amie MCL que je dois de la connaitre. Cette série est liée à une vraie révélation lors d’un match de football opposant la France à la Suède au Parc des Princes le 26 mars 1952 auquel il assiste avec son épouse, un sport dont il n’est pas fan. Il faut préciser que ce match est une première : il se joue en nocturne, sous les projecteurs.  Alors qu’il sort d’un vernissage sans aucun succès à Londres, totalement déprimé, il est totalement enthousiasmé, transcendé  par les couleurs et le mouvement. Dès le coup de sifflet final, Nicolas de Staël se rue dans son atelier et peint ce qu’il avait vu ! Il s’en suivra une série d’une dizaine d’œuvres consacrée à ce sport intitulée « Les grands footballeurs », puis une autre baptisée « Le parc des Princes ». Le choc émotionnel engendra une telle révélation qu’il quitte l’abstrait pour entrer dans une période de figurisme. Ce qui lui valut bien des critiques..

Nicolas-de-Staël-Footballeurs

« Entre ciel et terre, sur l’herbe rouge ou bleue, une tonne de muscles voltige en plein oubli de soi avec toute la présence que cela requiert en toute invraisemblance. Quelle joie René, quelle joie !» écrit-il à son ami René Char

parc-des-princes-nicolas-de-stael
Parc des Princes (Les Grands Footballeurs), 1952 – Huile sur toile, 200 x 350 cm – Collection particulière  © Adagp, Paris 2007

Sur un rectangle vert, des bleus, des jaunes, des rouges s’animent, virevoltent et tourbillonnent

René Magritte et « Représentation II » 

Il s’agit d’un match de foot amical, dirons-nous. J’aime ce tableau qui interpelle car le spectateur voit différemment les joueurs selon qu’il les regarde ou non à travers le cadre… Et si Magritte avait voulu faire allusion à nos plus ou moins grande lucarne ? La télévision existait en 1960…

magritte-representation-footballeurs1962

 

La suite dans une prochaine  chronique ? La vie continue.. sans le foot.

PLK

PLK

Apprentie-sage, à la fois frivole et mystique, lègère et spirituelle , gourmande et orthorexique, férue de nutrition, en recherche de sagesse

Leave a Response