close
Les perles de la Vologne

Les perles de la Vologne

Audrey-hepburn-Tiffany's-perles

Depuis la nuit des temps, l’homme a pêché la moule perlière pour réaliser des parures. Les perles appelées autrefois les « larmes d’Aphrodite » figurent parmi les bijoux les plus appréciés des femmes. Même les hommes les aiment, François 1er en a fait parer sa cote, Marie de Médicis avait fait réaliser une robe ornée de 32 000 perles pour le baptême de son fils Louis XIII. Il paraît que les lits des rivières  étaient littéralement bêchés pour retirer quelques coquilles et recueillir une dizaine de perles. Même dans la Vologne ?

Gérardmer est appelée la  « perle des Vosges « . La Vologne, entre le Honeck et le col de la Schlucht dans le massif des Vosges recelait jadis un trésor unique. Abel Hugo – le frère du grand Victor-  mentionne dans son ouvrage que La Vologne, hélas rivière tristement célèbre, entretenait en son onde des moules perlières !

pont-aux-perles_vologne

Les moules perlières de la Vologne ou le désastre écologique 

En fait jusqu’au début du xxe siècle, on récoltera les fameuses perles de la Vologne, depuis le début du XVIe siècle. Ces perles seront prisées par la bourgeoisie et la noblesse locales jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus… Victime de leur succès ! Une catastrophe écologique. La pêche était pourtant réglementée et surveillée par des « gardes-perles ».  Les ducs de Lorraine se réservaient la production, et chargeaient leurs officiers de la pêche en juin, juillet et août. Il en existait des blanches, des jaunes, des nacrées aux reflets roses. Elles étaient de la taille d’un petit pois à un grain de riz, certaines piriformes, d’autres baroques façonnées par la nature au gré de sa fantaisie.

Margaritifera_margaritifera

Les mollusques produisant ces perles sont appelés « huîtres d’eau douce » ou « mulettes allongées », scientifiquement dénommés Margaritifera margaritifera. Elles mesurent environ 11 centimètres sur 5, et ont une espérance de vie de l’ordre de 80 à 100 ans. Cette longue de vie implique une régénération des populations très lente, et explique la quasi-disparition de l’espèce, due à la surexploitation, mais aussi à la pollution des rivières liée aux usines textiles.

On trouvait la « Mulette allongée » dans les rivières du Neuné et de la Vologne qui à l’époque des ducs de lorraine s’appelait LA PERLE. Élisabeth-Charlotte d’Orléans, épouse du duc de Lorraine et de Bar Léopold 1er possédait un ravissant collier  ainsi que des pendants d’oreilles, sa fille Anne-Charlotte, abbesse de la prestigieuse abbaye de Remiremont aussi.

Plombières était une ville d’eau très à la mode, à quelques roues de carrosse de la Vologne : Napoléon, madame Mère et ses sœurs, puis plus tard, Napoléon III furent d’illustres curistes. Les écrivains et les artistes ont aussi pris goût aux eaux de Plombières : Montaigne, Voltaire, Beaumarchais – qui y a d’ailleurs présenté la première du « Mariage de Figaro »- , Berlioz, Lamartine, Alfred de Musset et même Goya. La station ayant une solide réputation en matière de traitement de la stérilité, Joséphine Impératrice, prit les eaux à Plombières dans l’espoir de donner une postérité à son empereur d’époux. Elle y vint cinq fois. Hélas, pour elle, pour Napoléon et peut-être pour la France, ses efforts ne furent point récompensés. Piètre consolation : En 1806, la ville de Plombières offrit à Joséphine, un bracelet de perles de la Vologne. Naturaliste impénitente, Joséphine voulut acclimater les mulettes à la Malmaison. On lui en offrit pour ses bassins. Ces pauvres mollusques moururent tous, sans produire de perles, et sans se reproduire car on avait oublié les poissons ! En effet, à l’époque, on ignorait encore que le cycle de vie de la mulette comportait le séjour obligatoire de ses larves sur les branchies d’une truite. Sans cette étape, les larves meurent sans donner de descendance …

moule-perlière-cycle-de-vie

En 1906, l’Impératrice Eugénie surnommée « falbala 1ère » séjournant aussi à  Plombières  reçut un collier de perle de la Vologne.

imperatrice_eugenie.perles-de-la-vologne
Impératrice Eugénie et ses perles de la Vologne

« Has been » les perles ?

Réservées aux dadames de plus de 60 ans ? Le croyez-vous ? Les pensez-vous associées au charme discret et un tantinet rétro de la bourgeoise ? Trop versaillais ?

Voyez comme elles font chic avec la fameuse petite robe noire, simple et élégante, donnant un genre inaccessible à la Audrey Hepburn comme dans le film Breakfast at Tiffany’s.

gabrielle-chanel-perles-collier

« Allez chercher toutes mes perles, je ne monterai aux ateliers que lorsque le les aurai au cou, car je tiens à faire honneur à mes ouvrières.» Gabrielle Chanel

Mademoiselle Chanel porta des perles en toutes circonstances, dès le matin, même en tenue de sport, sur un sweater et un pantalon masculin. Coco était folle des perles. Elle aimait leurs rondeurs, qu’elles soient vraies ou fausses.

Alors perles, c’est fini ? Non, elles sont intemporelles et à la mode. Je porte mon collier Princesse en perles fines qu’avec des tenues sportwear ou causual, cela twiste un peu le look preppy. Une manchette en perles sur la manche d’un pull ou chemisier foncé est très tendance. En revanche, j’adore mon pendentif en perle de Tahiti avec diamants qui donnent un look plus moderne avec un look plus habillé.  J’aime beaucoup les boucles d’oreilles en perles. En revanche, je n’aime pas les bagues agrémentées de perles.

Et vous ? Comment les portez-vous ? En tout cas, pour le bien-être de vos perles, il est recommandé de les porter régulièrement sur la peau afin qu’elles se réhydratent et conservent leur beauté.

Sources : Le département des Vosges: statistique historique et administrative, Volume 1 Par Henri Lepage, Charles Charton

PLK

PLK

Apprentie-sage, à la fois frivole et mystique, lègère et spirituelle , gourmande et orthorexique, férue de nutrition, en recherche de sagesse

Leave a Response