close
Concerto pour piano N°2 en fa majeur de Dimitri Chostakovitch

Concerto pour piano N°2 en fa majeur de Dimitri Chostakovitch

chostakovitch-dimitri

C’est l’été ! Je vous livre une autre de mes petites madeleines musicales..  l’andante du concerto pour piano N°2 de Chostakovitch. Mais attention, celle-ci elle risque de vous tirer des larmes… Dans l’enregistrement que je vous propose, c’est le fils de Dimitri Chostakovitch, Maxime, qui dirige l’orchestre I Musici de Montréal et le fils de Maxime, Dimitri qui est au piano… Quelle famille ! Bon sang ne peut mentir !

Concerto pour piano N°2, 2° Mouvement « Andante » de Chostakovich

Ce concerto est une oeuvre orchestrale composée en 1957 pour les dix-neuf ans de son fils Maxime lui-même pianiste accompli. Il le créera aussi pour la réussite à ses examens au Conservatoire de Moscou. La première du Concerto fut donnée le 10 mai 1957, date anniversaire de Maxime, dédicataire et premier interprète du Deuxième Concerto pour piano (Op. 102).

maxime-et-dimitri-chostakovitch
Shostakovich wrote his Piano Concerto No. 2 for his teenage son, Maxim, who premiered it at his graduation from the Moscow Conservatory in May, 1957 via SUSAN LEWIS

Dimitri a inclus des subtilités humoristiques que les pianistes comprendront ! Le troisième mouvement avec ses airs d’ exercices de piano Hanon redoutés (et souvent détestables) se moque de ces exercices de piano éducatifs dontMaxime a du lui « casser  » les oreilles comme n’importe quel pianiste débutant ! Un clin d’œil entre père et fils !

Chostakovitch considérait ce concerto comme d’importance bien moindre par rapport à ses symphonies.

Écrit quatre ans après la mort de Staline, ce Deuxième Concerto pour piano est un délice non-stop. Après une magnifique et émouvante sarabande des cordes, l’entrée du piano est un moment de beauté mélancolique époustouflante… Le troisième mouvement prend la forme d’une polka rapide, très primesautière qui évoque ces fameux exercices digitaux du Hanon.  Petite digression : nous les devons à Charles-Louis Hanon, un compositeur et professeur de piano français qui publia Le pianiste virtuose en 60 exercices calculés pour acquérir l’agilité, l’indépendance, la force et la plus parfaite égalité des doigts ainsi que la souplesse des poignets, sorte de déliateur de doigts joué encore par tous les apprentis pianistes.

Écoutons maintenant et ravissons nous les oreilles et le cœur !

Maxime Chostakovitch dirige l’orchestre I Musici de Montréal et le fils de Maxime, Dimitri est au piano

Dmitri Shostakovich Piano Concerto No. 2 F major, Op. 102 2nd Movement: Andante Kirill Gerstein Charles Dutoit NHK Symphony Orchestra NHK Hall 2009-12-05

Quel magnifique cadeau fit-il à son fils ! J’aimerai bien en être capable..

Dimitri Chostakovitch et l’ombre de Staline

Né en 1906, Dimitri Chostakovitch connut beaucoup d’horreur : la révolution russe, le stalinisme, deux guerres mondiales… Son œuvre est indissociable de  la révolution russe. Jeune prodige, il composa à 11 ans une Marche funèbre pour les victimes de la Révolution. En 1927, sa Deuxième Symphonie célèbre les dix ans des Soviets. Chostakovitch a souffert de ce que le musicologue André Lischke appelle « l’enfer de la dualité. Sa musique dit l’inverse de ce qu’elle dit. Il détestait Staline et la bureaucratie, ce qu’il paya très cher.

Une anecdote amusante qui prouve s’il en est besoin, son grand talent : En 1927, pour relever le pari lancé par son ami le chef d’orchestre Nikolai Malko, Chostakovitch réalisa pour orchestre symphonique, en quarante minutes seulement, une orchestration brillante dans un esprit jazz de la célèbre chanson « Tea for two ». L’écouter ? 

1936 fut une année fatidique pour ne pas dire maléfique pour Chostakovitch. A 36 ans, il était connu comme l’auteur de deux opéras, trois ballets et de nombreuses œuvres pour le théâtre et le cinéma. L’occasion de la disgrâce fut son opéra : Lady Macbeth du district de Mtsensk. Un soir, le « Père des Peuples » en personne assista à une représentation de l’opéra, mais quitta le théâtre avant la fin, outré…  « Ce sont des inepties, pas de la musique. » Cette œuvre n’était pas “dans l’esprit socialiste“ ! Précisons que les thèmes de cet opéra étaient la fidélité amoureuse, l’adultère et la soumission des femmes à leur épouxAujourd’hui encore, cet opéra dérange et bouleverse ! Quasi instantanément, le nom de Chostakovitch quitte l’affiche et devient « un ennemi du peuple » Chostakovitch vivra alors, toujours dans la crainte de rejoindre les victimes des purges staliniennes…

« Et s’ils me coupent les deux mains, je tiendrais ma plume entre les dents et je continuerai à écrire de la musique ».

La Symphonie n° 10, est écrite peu après la mort de Staline en 1953 dont selon l’auteur, le scherzo est « un portrait au vitriol » qui dépeint la folie du dictateur sanguinaire. C’est d’ailleurs la première fois qu’il signe une oeuvre  DSCH  – ré, mi bémol, do, si, dans la notation allemande. Fondée sur des thèmes populaires et décrivant les malheurs du peuple, sa Symphonie n° 11 est écrite en souvenir de la révolution de 1905. Elle lui vaut le prix Lénine et une réhabilitation officielle de la part des autorités.  Il produira encore de grandes œuvres, en collaboration avec les plus prestigieux artistes.

dimitri-chostakovitch-piano-1940
Dmitri Shostakovich with the Glazunov Quartet in 1940. Russian composer Schostakowitsch 25 September 1906 – 9 August 1975. Colourised version.

Sa musique est « difficile ». L’oeuvre Chostakovitch est à « double face  » :  des morceaux très mélodiques,  grandioses, sur des thèmes forts tels que l’héroïsme, le sacrifice, les défilés et marches militaires, les chants patriotiques, les combats… et puis des compositions sombres, très noires, et résolument pessimistes quant à l’avenir de la société, avec omniprésence de la mort, le désespoir des combattants, la violence inutile, la vanité des politiques entraînant les guerres.

Chostakovitch reçoit le prix international de la Paix (avec Charlie Chaplin) en 1953 et sera nommé « artiste du peuple ».

Qu’aurait pu être la musique de Chostakovitch s’il était né à un autre moment, dans un endroit différent ?

Sources : Dmitri Shostakovich, Pianist Par Sofia Moshevich p 154

PLK

PLK

Apprentie-sage, à la fois frivole et mystique, lègère et spirituelle , gourmande et orthorexique, férue de nutrition, en recherche de sagesse

Leave a Response