Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  http://blog.radioclassique.fr/olivierbellamy/files/2012/01/john-malkovitch-13-01-12.jpgJe remercie Olivier Bellamy qui dans son émission "Passion classique" du 14/01, m'a fait découvrir l' acteur-producteur-scénariste réalisateur atypique, charmant et émouvant qu'est John Malkovitch. Il s'exprime en français et on ne peut qu'être attentif à ce qu'il dit avec émotion. Sa voix très spéciale, un peu nasilarde, son sensuel accent américain  est captivante. Et sa sélection musicale exclusivement mozartienne m'a offert du bonheur! Cet interview sortait des sentiers de la promotion pure et m'a donné envie d'aller voir cette pièce dès que je serais Parisienne d'un week-end.  
Il y a 25 ans, il a magnifiquement incarné un flamboyant et retors vicomte de Valmont dans le film de Stephen Frears aux côtés de Glenn Close- une merveilleuse Madame de Merteuil, Michelle Pfeiffer-une délicieuse et authentique vertueuse et la jeune Uma Thurman...(1) « Dès que j'ai lu la pièce de Chris­topher Hampton d'après Les Liaisons dangereuses  - 5 ans avant le film- , j'ai eu le désir de la mettre en scène.» dit-il .
     
Lorsqu'en 1782, le roman parait, le scandale éclate ! L' " éditeur " avait  prévenu : " Nous croyons devoir prévenir le Public que, malgré le titre de cet Ouvrage et ce qu’en dit le Rédacteur dans sa Préface, nous ne garantissons pas l’authenticité de ce Recueil, et nous avons même de fortes raisons de penser que ce n’est qu’un Roman. "  
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9a/Laclos.jpgPierre-Ambroise-François Chanderlos de Laclos - les francophones hésitent entre deux prononciations soit sho-der-lo et ko-der-lo n'innove pas lorsqu'il choisit la forme épistolaire : le XVIIIème siècle est l'âge d’or de ce style . Même s'il emprunte à J.J. Rousseau, la finesse des sentiments et le plaisir de l'échanges épistolaires, à Montesquieu, la subtilité des décalages temporels et géographiques liés à l'échange de lettres, à Samuel Richardson, ses personnages de séducteurs et de jeunes femmes victimes, Les Liaisons Dangereuses  restent une oeuvre unique.

Pour ce militaire estimant avoir subi de nombreuses humiliations tout au long de sa vie de la part d'aristocrates, de femmes inaccessibles, son roman serait une sorte de vengeance et/ou une thérapie. Sa subtilité est que chaque épistolier a son style d'écriture.  Rien d'un Sade, cependant.

Valmont, ladykiller impénitent, cherche à conquérir les femmes les plus inaccessibles et improbables et à s'en vanter pour augmenter son panache. « Ah! qu'elle se rende, mais qu'elle combatte; que, sans avoir la force de vaincre, elle ait celle de résister; qu'elle savoure à loisir le sentiment de sa faiblesse, et soit contrainte d'avouer sa défaite» clame le vicomte. Mme de Merteuil,  parce que femme, intrigue dans l’ombre. Elle déclare la guerre aux hommes dans la lettre 81 :« Née pour venger mon sexe et maîtriser le vôtre, j’a[i] su me créer des moyens inconnus jusqu’à moi.»   

Certains ont vu dans ce roman, les prémices du féminisme : la perfidie, le machiavélisme, l'intelligence de la Marquise de Merteuil s'opposant à la vertu, l'honnêteté, la piété de la Présidente de Tourvel, avec l'ingénuité, la naïveté de Cécile incarnant le deuxième visage du féminisme. Aux antipodes l'un de l'autre. D'autres y décèlent un plaidoyer pour l'égalité des sexes. Se nourrissant de JJR et son "Émile ou De l'éducation ", il songera à composer un " catéchisme de débauche " pour " [s]on écolière " qui ne fut jamais écrit . Cependant, il prônera l'égalité des sexes en évoquant  la "femme naturelle, être libre et puissant" .
Revenons au théatre de l'Atelier (2) ! La mise en scène est très fraiche, les acteurs très jeunes et talentueux, le décor désuet et minimaliste est de Pierre-François Limbosch ( les chaises d'école, des colonnes qui se transforment en arbres ..). La profondeur de la scène participe à l'ambiance. John Malkovitch avait pressenti Vincent Cassel pour jouer Valmont et Cristiana Reali pour lui donner la réplique. Cassel s'étant - pour mon bonheur - désisté, il a changé d'orientation et choisi des acteurs très jeunes qu'il a peu dirigé (3), laissant la spontanéité et la force de leur jeu s'exprimer. Pari très réussi ! Les acteurs restent présents durant toutes la pièce, c'est très moderne et même intemporel. Les protagonistes ont adopté twitter, iphone et tablettes pour communiquer ... Les costumes de Mina Ly sont extravagants : à la fois du 18ème et actuels, finis et incomplets, les comédiens évoluent sans perruques, le jeans tutoyant le jabot .  
     
J'ai apprécié la légéreté, la simplicité qui laissent toute la place au texte.
Les scènes sensuelles et impudiques - le défleurement de la naïve Cécile, celui de la prude Présidente, la dictée de lettre d’amour à la Présidente à Emilie qui écrit sur tablette   -  sont aussi pleines de sous-entendus, de litotes ou d’euphémismes. Les acteurs sont à l'aise avec la nudité (Un coup de chapeau à Lola Naymark/Emilie qui assume des scènes quasi nue).
Yannick Landrein porte Valmont avec brio, énergie et talent. Julie Moulier a su trouver la cruauté, la froideur de la Marquise mais manque de passion, d'expression du vice.

   


Les "Liaisons dangereuses" au théâtre de... par BFMTV (quelques extraits de scènes dont celle de l'écritoire..)

 Je me demande pourquoi le vicomte de Valmont a-t-il envoyé la lettre à Madame de Tourvel ? Il savait pertinemment quels événements surviendraient .. Dans ce roman, pas de héros.. Tous ont perdu ... Même si la morale semble sauve puisque Valmont provoquera post mortem, la chute de Madame de Merteuil.

La troupe a été fort applaudie et la venue inattendue sur scène de John Malkovich a déclenché un brouhaha de joie ! J'aime partager ces élans d'enthousiame général. 

Une très belle soirée.
P.S. J'ai envie de voir les Liaisons dangereuses de Vadim de 1960, avec le regretté Gérard Philippe et Jeanne Moreau . En voir un extrait ? clic
    
   Photographies: .Photo de François GUILLOT John Malkovich (C, assis) durant les répétitions des "Liaisons dangereuses", le 5 janvier 2012 à Paris.       
(1) lire cette excellente et complète analyse de l'adaptation pour ce film (2) RDV sur ce site pour tout savoir (3)"Le plateau, c’est leur terrain. Je me considère comme l’entraîneur d’une équipe de foot. C’est moi qui prépare la pelouse, mais à eux de savoir comment aller jusqu’aux buts! Je leur laisse une très grande liberté, ce qui parfois les déstabilise…" J.Malkovich
Tag(s) : #Germes de bonheur