close
Pétra, la cité perdue : el-Deir

Pétra, la cité perdue : el-Deir

David-Roberts-El-Deir-Petra

El-Deir, le « Monastère » qui se mérite.

 Nous nous engageons bravement vers le monastère, sous le soleil. Peu de touristes à cette heure. Des bédouins nous proposent de faire la montée à dos d’âne.. Que nenni.. Notre choix est fait : ce sera on foot.

 Pétra-escalier-vers-el-Deir

 Pétra el-Deir-montée

Les escaliers sont taillés dans la roche, parfois très peu marqués. 

 Pétra el-Deir-montée

Nous rencontrons quelques échoppes, la plupart du temps tenues par des femmes, parfois avec des enfants qui jouent. La question est : comment montent-ils leurs marchandises ? Montent-ils tous les jours ? Cependant, dans ce calme, la majesté du site, la vue à couper le souffle, je comprends qu’elles restent là, des heures et des heures à attendre le chaland.

Au détours d’un virage, nous croisons des ânes et leur charge d’âme qui montent gaillardement. Leur descente est plus gênante lorsqu’ils sont sans cavalier, car ils descendent à toute allure, sans se préoccuper des grimpeurs à deux jambes..

    Pétra-chemin-vers-el-deir

    Pétra-vue-de-el-deir

Arrivés à une belle altitude, une veille dame, tout emballée de noir, nous invite gentiment à nous asseoir sur son banc, à ses côtés. Une mini-halte à l’ombre ne se refuse pas ! Elle nous dit qu’il y en en a encore pour « twenty minutes ». Elle m’enlève mon chapeau pour que j’apprécie le petit courant d’air frais. Puis, nous demande :  » From ? » Et lorsque nous lui disons que nous sommes français, elle rit et ajoute  » Thirty minutes for french.. ». Comprenne qui veut ! Nous reprenons l’ascension vaillamment.

Après trois petit quarts d’heure de montée sur cette voie sacrée de 788 marches, nous atteignons enfin, à 1000 mètres d’attitude, une terrasse présentant un panorama exceptionnel sur la région. 

D’abord, nous distinguons cela..

 Pétra el-Deir-vue-sur-la-buvette

Creusés dans la roche, une buvette-grotte et un large préau. Puis, nous nous retournons et là .. Waouh

  Pétra el-Deir

 Pétra el-Deir-façade

Sur ce promontoire se dresse le «Monastère» dont la largeur de façade égale celle de Notre-Dame de Paris (48 mètres) ! Ce monument n’était pas un tombeau car il ne renferme aucune niche funéraire, mais sûrement un mausolée commémoratif destiné au culte d’une dynastie. Ce monument est le plus époustouflant de toutes les structures de Petra ! Entièrement sculpté dans le grès rouge d’un contrefort de la montagne, le temple mesure 50 mètres de large pour 45 mètres de haut. L’urne sommitale en mesure 8. Contrairement au Khazneh, les sculptures de la façade se borne à une frise alternant les  triglyphes et des métopes. Nous escaladons car  le seuil est plus haut que moi. A l’intérieur, une unique chambre vide aux murs nus sans fioritures, hormis une excavation dans le mur du fond contenant un bloc de pierre représentant la divinité Dushara et quelques petites croix gravées qui témoignent que des Chrétiens avaient utilisé ce temple (1).

Nous rejoignons le préau où des coussins sont installés pour le repos des téméraires grimpeurs. Des personnes dorment, allongées.. Nous choisissons un endroit à l’extérieur, face au monastère. Nous restons là à admirer. Cette escale est propice à la méditation.

Il va falloir quitter ce bel endroit. 

 el-Deir Pétra

Le début du chemin de retour -qui de fait, fut aussi la fin de la montée.

La descente est plus facile, même si je n’aime pas descendre. Je préfère l’ascension. Nous profitons du panorama. Nous croisons même des chèvres.

   Pétra-vue-de-el-deir

  Pétrachemin-vers-el-deir-chèvres

Arrivée victorieuse à l’esplanade du musée, ravis de cette délicieuse expérience tant physique, que sensorielle, culturelle et initiatique ! Il fait très chaud. J’aime ça. Nous traversons la ville basse romaine, puis sommes face aux tombeaux des rois, nous admirons encore  la Tombe de l’Urne, les chatoyantes couleurs  de la tombe de la soie, la tombe corinthienne. Nous nous engageons dans la rue des façades. L’amphithéâtre, les 17 tombeaux à notre droite.. Arrivée à Al- Khazneh.. Autre vue. Beaucoup de monde à cette heure où le soleil a quitté son zénith, il est presque dans l’ombre. Et nous pénétrons dans le défilé du Sicq. Des calèches passent à tombeaux ouvert à grands bruits. Nous parlons moins, le cœur réjoui et la mémoire gorgée de milliers d’images. Regards vers les « blocs de Djinns », les tombeaux de  Gaïa. Retour dans la Pétra d’aujourd’hui. Fin de notre périple d’environ 10 kilomètres. 

Nous arrivons au restaurant où nous attend notre chauffeur. Nous nous installons pour déjeuner.. Et alors, la sonate N°16 de Mozart se fait entendre. Wolfgang à  Pétra ! C’est sûr, je suis au bon endroit.

Pétra, cité perdue

(1 ) Le site de Pétra a longtemps été vénéré comme l’un des sites traditionnels où Moïse a heurté le sol et l’eau jaillit. Selon certaines traditions, ce serait dans la région de Petra que Miriam, la sœur de Moïse, serait morte et enterrée. Certains chercheurs ont suggéré que le temple de Deir Al serait le site de sa tombe.

PLK

PLK

Apprentie-sage, à la fois frivole et mystique, lègère et spirituelle , gourmande et orthorexique, férue de nutrition, en recherche de sagesse

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.