close
La mort n’a qu’un instant, la vie en a mille

La mort n’a qu’un instant, la vie en a mille

2015-11-02Histoire622Views2Comments
vie et mort klimt

Benjamin Franklin prétend qu’ « Il n’y a que deux choses certaines en ce bas monde, la mort et… les impôts ! ». Deux sujets d’actualité ! S’il existe une chose devant laquelle nous sommes tous égaux, c’est la mort. (Les impôts, moins). Même si vous espérez comme Woody Allen « simplement ne pas être là lorsque ça se produira », elle est universelle et unique pour chacun. Nous sommes des mourants en instance ! Isabelle Bricard rapporte que le roi de Suède Gustave V avait commencé son testament par « Si je meurs… ». Un optimiste !

mort-toussaint-tombe-croix

Comment voyions-nous la mort ?

 69 % des Français n’y pensent pas  et sans que nous ne sachions s’il s’agit d’inconscience, fatalisme ou de sérénité, 94 % affirment ne pas en avoir peur. Nos hommes ne sont pas prêts à endosser la redingote de veuf car 70% affirment qu’ils préféreraient partir les premiers. Jusqu’où se niche la galanterie ?

Faites une rapide enquête et vous constaterez que tous, nous avons une idée sur notre mort : les uns veulent mourir en dormant, d’autres chez eux.. 52 % souhaitent qu’elle soit sans souffrance, 82% une mort subite sans s’en rendre compte et 13% de stoïciens, je présume, espèrent une mort qu’ils sentent venir et à laquelle ils pourront se préparer.

La façon la plus gênante de décéder pour 37% des Américains est de mourir à la manière d’Elvis, pour 17% comme Edgar Faure « en faisant l’amour », 10% en glissant dans sa baignoire. Assurément, nous ne choisirons pas.

 Il y a mille et une façons de mourir

Je ne pouvais manquer d’évoquer le livre de Bricard « La mort des grands hommes ».

la-mort-des-grands-hommes

Fidèle à Montaigne qui écrivit dans ses Essais : « Si j’étais faiseur de livres, je ferais un registre commenté des morts si diverses. Qui apprendrait aux hommes à mourir, leur apprendrait à vivre », elle a colligé les derniers quarts d’heure de 1200 hommes et femmes célèbres aux modalités de trépas variés. Sa lecture est vivante et passionnante. Égrainons quelques façons !

Nous pouvons mourir de maladie, ce qui manque d’originalité comme Charlotte Brontë qui succomba à la tuberculose. Attila perdit la vie durant sa nuit de noces, étouffé par un saignement de nez. L’histoire ne dit pas si c’est l’orgasme qui augmenta sa pression artérielle.

Mourir de plaisir comme Raphaël qui succomba à un excès de plaisir.

Mourir de joie pourrait être somme toute être une belle fin : Sophocle trépassa de joie lors d’un concours de poésie, Goya de revoir ses petits-fils.

Mourir de rire comme l’écrivain italien Pierre Aretin qui prit d’un fou-rire tomba à la renverse et se fendit le crâne.

Mourir de faim comme Gogol qui accusant le diable de l’avoir trompé, se laissa mourir en refusant nourriture et soins.  

Mourir de chaud comme Philippe III d’Espagne qui, malade, mourut à 43 ans de déshydratation : le roi se plaint de la chaleur, son domestique préposé à la cheminée étant absent, personne n’éteint le feu. Mort par excès de protocole ?

                   Le-Caravage-la-mort-de saint-Jérome

Mourir de chagrin ! Beaucoup plus émouvant comme Marie Dorval à cinquante et un ans, après le décès d’un petit-fils.

Mourir d’accident de cheval comme Gengis Khan (1) ou dans des circonstances peu glorieuses, Louis III à 18 ans qui se fracassa le crâne contre le linteau d’une porte trop basse, alors qu’il poursuivait la fille d’un certain Germond, courue se réfugier dans la maison de son père.

Mourir d’accident de voiture comme Albert Camus sur la Nationale 6 ou Astrid de Suède, Astrid Sofia Lovisa Thyra Bernadotte, quatrième reine des Belges ou encore Roger Nimier, un 28 septembre 1962 dans une Aston-Martin DB4. Thomas Edward Lawrence dit Lawrence d’Arabie,  périt à 46 ans des suites d’un accident de moto à deux pas de son cottage de Clouds Hill, Jules Dumont d’Urville avec sa femme et son fils de 14 ans dans la première catastrophe ferroviaire française, qui eut lieu le 8 mai 1842 à Meudon, Albert Londres meurt dans l’incendie d’un paquebot en revenant de Chine. Le messin Jean François Pilâtre du Rozier qui bien décidé à traverser la Manche, décolle de Boulogne-sur-Mer le matin du 15 juin 1785, mourut deux heures plus tard car sa mongolfière s’embrasa. Pierre Curie perdit la vie écrasé par un fiacre, Isadora Duncan, danseuse américaine est morte étranglée par son écharpe qui s’est prise dans la roue de sa voiture. Mourir dévorée par les lions  comme sainte Blandine, ou comme Jeanne la Lorraine,  brûlée à Rouen alors qu’elle a sauvé la France.

La-mort-s-invite-à-la-dernière-danse-Fran-Frankens
La mort invite le vieillard à la dernière danse de Frans Franken

Mourir de honte comme Henri II dit  « Henri Court-manteau », après l’ humiliant traité de paix d’Azay-le-Rideau le 4 juillet 1189  conclu avec Philippe-Auguste, grâce l’appui de ses fils Jean Sans Terre et Richard Cœur de Lion.

Mourir en mangeant comme Jean-Honoré Nicolas Fragonard ou Jaurès qui fut assassiné pendant un repas, en buvant comme Johannes Brahms atteint d’un cancer du pancréas. Plus stylé : en sablant le champagne comme Tchekhov qui ayant bu son verre tranquillement, se coucha sur le côté gauche et se tut à jamais. 

Mourir en se soulageant comme Antoine de Bourbon ou le cruel Caracalla sur sa chaise percée comme Catherine II et Georges II.

Mourir en jouant comme De Gaulle qui s’effondra en faisant une réussite.

Balzac appellera à son chevet un médecin n’existant que dans ses livres, Watteau s’offusquant de la laideur du crucifix qu’on lui tendait, Baudelaire en jurant.

mort-de-Narcisse
Mort de Narcisse 1814 FX Fabre National galleryof Australia

L’idée de la mort nous ronge et peut nous empêcher de vivre. Que faire ? L’ignorer ? La refuser ? La refouler ? Le déni de la mort est pathogène. Irvin Yalom, Professeur à l’université de Stanford affirme que « L’idée de la mort nous sauve ». Personne ne sait ce qu’elle est (1).

Est-elle une fin ? Un commencement ? Toute sa vie, Johann Wolfgang von Goethe interdit que le mot  » mort  » soit prononcé en sa présence… Lorsque son ultime instant de vie terrestre arriva, il prononça ces mots : « Je la vois ; elle s’approche de moi ; elle a des yeux extraordinairement doux ; alors ce n’est que çà ? Pourquoi en ai-je eu peur toute ma vie » ?

Pour en savoir +:  (1) A lire: magnifique poème  « ce que c’est que la mort » de Victor Hugo –  Lire « la source noire » de Patrice Van Eersel et  toute l’oeuvre de Elisabeth Kübler-Ross  quelques textes philosophiques sur la mort

(1) A la recherche de la tombe de Gengis Khan

Source: .« La mort n’a qu’un instant, la vie en a mille. » cardinal de Richelieu- Livre de Isabelle Bricard: « la mort des grands hommes » – article de Isabelle Bricard

PLK

PLK

Apprentie-sage, à la fois frivole et mystique, lègère et spirituelle , gourmande et orthorexique, férue de nutrition, en recherche de sagesse

2 Comments

  1. … « et même à la grande rigueur ne pas mourir du tout  » ainsi que le disait mon maître Brassens !! la mort m’attire et m’effraie et j’aime fréquenter les vieux cimetières !! j’aime également Klimt, ses thèmes, son graphisme et ses couleurs !! merci pour ce petit passage sur mon blog! ah…je vois une photo du cèdre de madame de Graffigny je vais y jeter un oeil !!

Leave a Response